conflit israélo-palestinien à la municipalité de Vacoas. L’objectif de cette rencontre était de partager ses réflexions sur la situation à Gaza et de sensibiliser sur ce qu’elle appelle des crimes contre l’humanité.
Le président de l’association, Soobratty Mustaphe, s’est longuement attardé sur le besoin pour les pays et les organisations de prendre position face à cette situation. Les députés de la circonscription Rihun Hawoldar et Patrick Assirvaden et le ministre Arvin Boolell ont aussi pris la parole.
Cette initiative de la Vacoas/Phoenix Muslim Socio Cultural Association s’inscrit dans le cadre des activités qu’elle organise pour sensibiliser sur la situation à Gaza. L’association est catégorique, il faut prendre position et boycotter les produits israéliens car aucun pays ne doit tolérer ce massacre perpétré sur les enfants et les innocents. Le message des membres de cette association et celui du Mowlanah Jeeawoody est que « personne n’a choisi d’être là où il est. Il faut avoir du respect pour la vie et tout le monde a le droit de vivre dans la paix ».
Me Assad Peeroo a pour sa part fait l’historique du conflit israélo-palestinien en s’attardant sur les événements qui ont marqué ce drame qui dure depuis plusieurs décennies.
Par ailleurs, le député Rihun Hawoldar a axé son intervention sur la situation des femmes et des enfants à Gaza. Le député rouge a indiqué que peu importe le pays, quand une mère perd son enfant, c’est une peine terrible. Le président du Parti travailliste et député de la circonscription Patrick Assirvaden a abondé dans le même sens, affirmant que nul ne peut rester insensible face à ce problème. « C’est pourquoi notre Premier ministre a pris position face à cette situation », a-t-il dit.
Arvin Boolell s’est interrogé sur la nécessité de saisir la Cour pénale internationale pour dénoncer ce genre de crime. Le ministre des Affaires Étrangères estime que même si Israël n’est pas signataire du statut de Rome, le Conseil des Nations unies devrait loger une plainte contre ce pays. Il a par ailleurs évoqué les attaques sur les hôpitaux et les écoles.