FreeDom, une boîte de Graphic Design, souhaite promouvoir l’art et la créativité à travers ses graphic designers. Cette petite entreprise a vu le jour en février dernier à l’initiative de Dominique Paul, jeune visionnaire de 24 ans. Malgré des débuts difficiles, le jeune directeur compte faire de sa boîte une référence dans le domaine du graphisme. Le Mauricien l’a rencontré à Belle-Étoile où il travaille.
Dominique Paul est un jeune rêveur qui a toujours eu un penchant pour le “graphic design”. Durant ses études au Charles Telfair Institute, à Moka, il a fait des stages avant de se faire embaucher dans plusieurs agences. Mais ne trouvant pas chaussure à son pied, Dominique décide, en février dernier, de créer FreeDom, sa propre agence, et ce malgré la réticence de son entourage. En dépit des débuts difficiles et fatigants, aujourd’hui son entreprise se stabilise et compte de nombreuses campagnes de pub et autres projets d’envergure. D’ailleurs, il voit déjà FreeDom comme un futur concurrent de taille pour les autres agences dans le domaine. Cette nouvelle PME propose de nombreux packages, selon les demandes des clients, dans la création de logos, rapport annuel, brochures, business card, vidéo 3D et campagne de pub, entre autres. Dans les prochains mois, Dominique Paul envisage de développer davantage sa compagnie et souhaiterait être une référence dans le domaine, et ce en misant sur une créativité jeune et dynamique. « Je voudrais créer le buzz et que FreeDom se démarque comme une compagnie de renom sur le marché. Bien sûr, il y a beaucoup à faire avant que je n’atteigne ce niveau, mais je suis motivé comme jamais », affirme-t-il. Dominique mise sur le talent des jeunes pour se démarquer des autres agences, où, dit-il, les employés travaillent trop sous pression. « J’ai travaillé pendant huit ans dans plusieurs agences et j’ai souvent connu des moments difficiles. Je pense que les agences ne réalisent pas la chance qu’elles ont lorsqu’ils ont de bons éléments et les renvoient à cause d’une petite faute tout en sachant qu’il y a beaucoup de jeunes graphic designers qui cherchent du travail. C’est pour cette raison que j’ai créé FreeDom ». Avoir investi son énergie dans diverses agences, le jeune homme n’a pas réussi à s’épanouir dans son environnement de travail. C’est alors qu’il se lance dans le projet de FreeDom : « Je suis un créatif et pour moi, il est primordial de développer mon propre environnement de travail ainsi que mes horaires. C’est la raison pour laquelle j’ai voulu être mon propre patron ». Il prévoit prochainement l’ouverture d’un bureau qui viendra lui apporter une visibilité et ainsi être ouvert au public. L’entreprise compte cinq personnes, chacune spécialisée dans une filière du graphisme. Pour le jeune directeur, le secteur du graphic design est en pleine expansion : « C’est maintenant qu’il faut se développer. Nous vivons dans un monde où la technologie est au centre de tout. Je veux non seulement proposer un produit qui soit à la hauteur de l’attente du client, mais qui reflète également ce que ce dernier veut projeter.  Et pour cela, il est impératif de connaître la personne avec laquelle on collabore ».
Le jeune ambitieux est également cofondateur de la marque de vêtements pour homme Caprichi. Pour se faire connaître, Dominique n’hésite pas à avoir recours à ses talents de designer pour créer une page Facebook attirante ainsi qu’un site internet afin que les clients puissent avoir une idée de l’étendue de ses services et de ses capacités.
« Un graphic designer doit être créatif »
Pour Dominique, la profession de graphic designer consiste non seulement à réaliser des projets, mais également à mettre en exergue la créativité, la base de ce métier. Passionné par ce qu’il fait, il nous explique sa philosophie : « Pour moi la créativité, c’est la qualité principale pour être graphic designer. Les diplômes et autres qualifications ne rendent pas meilleur. C’est sur cette base que je choisis les graphic designer avec lesquels je travaille. » La liberté est aussi une chose que ce jeune directeur tient à coeur. « Je suis quelqu’un qui aime la liberté et c’est ce qui me permet d’être aussi efficace dans mon travail. C’est également comme cela que je gère les personnes qui travaillent avec moi. L’autonomie, c’est ce que je recherche chez un employé », conclut le jeune patron.