Les négociations portant sur une amélioration des conditions salariales et d’emploi dans le secteur du Freeport, précisément à la Mauritius Freeport Development Ltd, traversent une phase cruciale. L’assemblée des travailleurs, qui s’est tenue à Port-Louis hier après-midi, a donné son feu vert au tandem syndical Port-Louis Maritime Employees Association (PLMEA) et General Workers Federation (GWF) pour enclencher les procédures de grève, dans l’éventualité où les négociations seraient un échec.
Cette motion a été validée à l’unanimité, hier, par les quelque 250 travailleurs de Mauritius Freeport Development Ltd (MDF) réunis au centre municipal Gorah Issac, à Port-Louis. Toutefois, cette option sera applicable dans le cas de figure où le management camperait sur sa position, présentée déjà comme « intransigeante », surtout en ce qui concerne l’augmentation salariale. À ce stade, le patronat a mis sur la table des négociations une d’augmentation de salaire de l’ordre de 12% étalée sur trois ans et applicable à ceux touchant plus de Rs 7,500. Les employés touchant moins verront leurs salaires grimper jusqu’à Rs 7,500. Cependant, cette proposition est attachée à certaines conditions dont une augmentation du nombre d’heures de travail et une révision de la façon de calculer les heures supplémentaires.
« Avek grandisman volim travay MDF et avek venue plizier gros clients kuma SAPMER, MDF ena enn devwar ek obligasyon pu donn enn saler desan, ki pa mwen ki enn saler minimal de Rs 13,700 à tu bann travayer. Pozisyon intranzizant management lor kestion ogmantasyon salaryal ek rekonesans tan servis dan kad revision salaryal-là riske met dilwil lor dife dan sa bann negociasyon-là. MDF finn konn enn tandans ver profi dan bann dernyer lane. Purtan aster management pe dir ki li preokipe plis are distribisyon dividend, olye ki donn enn bon ogmantasyon saler ek kondisyon travay. Sa pe deza antrenn enn lakoler ek tansyon dan MDF. Cette augmentation salariale est totalement insuffisante. De plus, les conditions attachées à cette proposition sont tout simplement inacceptables », déclare le syndicaliste Ashok Subron, du tandem PLMEA/GWF, à Week-End.
Ainsi, l’attention de plusieurs centaines d`employés sera braquée sur ces négociations surtout que vers la mi-2013, ce secteur a connu des secousses avec un arrêt du travail suite à la tentative du management d`imposer un nouveau shift system « défavorable. » Après cette tension industrielle et avec la nouvelle negociation en cours, le management du MDF s’est fait assister par un ancien directeur du ministère du Travail qui a pris sa retraite dernièrement et un représentant de la Mauritius Employers Federation qui avait deja siégé à la Commission de Conciliation et de Mediation.
Par ailleurs, le tandem PLMEA/GWF donnera, sous peu, le coup d’envoi d’une campagne de mobilisation en vue de forcer le gouvernement à introduire un Remuneration Order pour les secteurs de Freeport et Sea Food Hub en général. La décision d’aller de l’avant avec cette campagne a été avalisée hier au cours de l’assemblée. « Li pa possib ki guvernman pran bann mezir bidzeter pu expann sekter Freeport ek Sea Food Hub, alor ki la lwa de la jungle ek saler de mizer pe predomine dan sasekter-là », avance Ashok Subron.