Le Front Anti-Répression (FAR), une organisation mise sur pied afin de combattre la répression et les licenciements dans le milieu industriel et principalement animée par Jack Bizlall, annonce l’organisation de pas moins de cinq manifestations entre le 20 décembre 2011 et le 17 janvier 2012.
Les activités du FAR commenceront le 20 décembre par un rassemblement de tous ceux qui ont milité pour que la syndicaliste Rehana Ameer retrouve son emploi à la MBC. Ensuite, le 17 janvier, trois manifestations seront organisées. La première devant le ministère du Travail, pour protester contre le ministre Shakeel Mohamed et son retard à modifier l’Employment Relations Act comme réclamé par les syndicats. La deuxième devant la Cour industrielle, pour contester l’autorisation donnée par le chef-juge au magistrat de cette cour, Nicolas Bellepeau, de présider un comité disciplinaire à la demande de la State Bank of Mauritius. Ce comité disciplinaire s’est conclu sur le licenciement d’une employée de la banque, alors que le FAR estime que M. Bellepeau n’avait pas le droit d’y siéger.
Au cours de la même journée, les manifestants se retrouveront pour une troisième manifestation devant le Tribunal d’arbitrage, dans le but de protester contre son président, Me Rashid Hossen. Selon le FAR, ce dernier a également commis l’impair de présider un comité disciplinaire – au CEB cette fois – qui a aussi débouché sur le licenciement d’une employée. Et ce, à une période où cette même employée était entendue dans un cas pour lequel elle remettait en cause son employeur pour non-confirmation à son poste. Selon le FAR, le comité disciplinaire a siégé au Tribunal d’arbitrage, pendant les heures où M. Hossen était supposé consacrer son temps à son travail. Il aurait été, de plus, assisté par une employée du tribunal.
La cinquième manifestation du FAR se déroulera devant la station de radio-télévision nationale pour réclamer la démission de Dan Callikan. Il est reproché au directeur général de la MBC d’avoir rapporté Dev Ramano, l’avocat de Rehana Ameer, au Bar Council pour des sanctions que le front juge injustifiées. Le FAR annonce aussi la tenue d’une journée de réflexion sur les lois du travail, le ministre de tutelle et l’indépendance des institutions de justice industrielle à Maurice.