Intervenant hier au quartier général du PMSD, à Belle-Rose, lors d’une rencontre avec Xavier-Luc Duval, Ismet Abdoolah, secrétaire de l’Association des commerçants de Beau-Bassin/Rose-Hill et membre de la délégation du Front Commun des Commerçants (FCC), a affirmé que le leader du PMSD a été « le ministre des Finances le plus business friendly » que Maurice ait connu. Le FCC avait sollicité cette rencontre avec Xavier-Luc Duval pour lui faire part du « calvaire » que les commerçants de Maurice traversent et pour savoir ce que le PMSD leur proposait comme solution.
« Nous sommes venus vous rencontrer d’une part pour vous informer du calvaire des commençants dûment patentés de Maurice à cause du problème des marchands ambulants et des tracasseries policières et administratives et d’autre part pour savoir ce que vous proposez comme solution », a d’emblée lancé à Xavier-Luc Duval le président du Front Commun des Commerçants (FCC), Raj Appadu.
Le FCC regroupe les associations des commerçants de Port-Louis, Beau-Bassin/Rose-Hill, Quatre-Bornes, Vacoas/Phoenix et Curepipe, ainsi que la Market Traders Association, l’association regroupant essentiellement les marchands opérant au Marché Central de Port-Louis.
Retraçant l’histoire de leur lutte, Raj Appadu a affirmé au leader du PMSD que cela fait des années que les marchands ambulants, dont la plupart opèrent dans l’illégalité, leur livrent une concurrence déloyale dans les villes et principalement à Port-Louis. « Nous avons sollicité en vain l’intervention des autorités municipales, policières et ministérielles, mais jusqu’ici la situation ne s’est guère améliorée pour nous, malgré le fait que nous avons obtenu des jugements de la cour en notre faveur. Il paraît que les marchands ambulants bénéficient de puissants appuis, dont celui de politiciens et non des moindres, des ministres. Finn ena minis ki finn mem manifeste ar sa bann marsan anbilan ilegal-la », dit-il, en citant nommément les politiciens concernés.
Raj Appadu affirme que dans le cadre de la présente campagne électorale, le FCC a choisi de rencontrer les dirigeants des divers partis pour savoir ce qu’ils proposaient comme solution à leur problème. « Non selma marsan anbilan fer nou enn konkirans delwayal, me anplis zot fer dezord dan lavil ek zot finn fer touris aret vinn dan lavil ».
À cause cette concurrence déloyale des colporteurs, soutient Ismet Abdoolah, de nombreux commerces ont fermé. « Si ou pa tir sa Tenant Tax-la kan ou ti vinn minis de Finans, pli boukou ti pou ferme ankor », a-t-il lancé.
Rappelant les mesures fiscales, administratives et autres que Xavier-Luc Duval a prises en faveur des commerçants en tant que ministre des Finances, Ismet Abdoolah s’est écrié : « Ou mem ki ti minis des Finans le plis business friendly ki Moris inn gagne », pour le plus grand plaisir du leader du PMSD.
Sakina Heematally, présidente de l’Association des commerçants de Curepipe, a déploré l’insécurité causée dans la Ville Lumière par les marchands ambulants illégaux. « Zot fer boukou dezord ek ena ler ou per pou sorti ! Zot pena respe pou personn ». Elle a également dénoncé des fonctionnaires qui, dit-elle, se transforment en marchands ambulants à l’approche des fêtes de fin d’année.
Pour le secrétaire de la Market Traders Association, Varoussa Renghen, les marchands ambulants illégaux et les arnaqueurs ont fait fuir les touristes du quartier du Marché Central. « Bann lotel mem anpes zot touris vinn dan bazar telma ena insekirite ek arnaker ».
Le président de l’Association des Commerçants de Beau-Bassin/Rose-Hill, Prakash Permala, a pour sa part déploré que des commerçants en règle avec les autorités municipales écopent de contraventions pour avoir exposé leurs marchandises devant la porte de leurs magasins, alors que les marchands ambulants peuvent librement le faire sans aucun problème. « C’est le monde à l’envers », a-t-il ironisé.
Le chef de la délégation des commerçants, Raj Appadu, a ensuite remis un mémo à Xavier-Luc Duval, détaillant leurs doléances.
Après les avoirs longuement écoutés, le leader des bleus leur a expliqué qu’il comprend parfaitement leur situation. Il leur a donné l’assurance que l’Alliance Lepep se penchera sérieusement sur ce problème. « Nou ena a ker ti bizness. Nou pou met latet ansam pou trouv ansam enn solision ekitab pou tou dimounn, parski tou dimounn bizin gagn zot lavi. Nou pou bizin trouv enn solision alternatif pou bann marsan anbilan. Ena solision », soutient-il.