Le Front Commun des Syndicats du Transport dénonce une fois de plus les injustices envers les employés du secteur du transport, qui chaque année, évoluent dans des conditions de travail difficiles le 1er mai. Son président Yousouf Chotoye annonce qu’ils prendront un jour de congé l’année prochaine à cette date, « lerla zot pou konn nu valer ».
Tous les ans, les employés du transport sont stressés et passent un mauvais moment le 1er mai alors que c’est censé être la fête du Travail. Se disant lassés de ce même scénario, le Front Commun des Syndicats du Transport, qui regroupe huit syndicats de transport en commun, prévient que tous les employés prendront l’année prochaine un jour de congé le 1er mai. « Nous allons nous mobiliser afin que chaque employé du transport reste chez lui ce jour-là. C’est notre droit. Lerla zot pou realiz nou valer », a soutenu Yousouf Chotoye, son président.
Au chapitre de la sécurité des employés du transport public sur le lieu de travail, le syndicaliste a lors d’un point de presse hier tiré une fois de plus la sonnette d’alarme quant aux « conditions risquées dans lesquelles ils doivent travailler ». « Tous les jours il y a des agressions sur les employés et jusqu’ici rien n’a été fait », dit-il.
Yousouf Chotoye déplore l’absence de réaction du ministre des Transports en dépit des courriers que le syndicat lui a adressés depuis 2008. « Si li pa kapav get problem transpor, li bizin demisyone », s’insurge le syndicaliste. Il déplore également l’attitude du public voyageur envers les employés du transport. « Piblik tou letan ena problem ar nou. Zot pa realiz nou linportans », dit-il. « Ce n’est pas facile non plus de travailler avec les écoliers car nous rencontrons souvent des problèmes concernant les bus pass et le transport gratuit. » Commentant au passage le projet de métro léger, Yousouf Chotoye estime qu’un trajet simple en métro léger ne coûtera pas moins de Rs 100. « Nou pa kont sa proze-la me eski sa pou regle problem transpor ? » L’intervenant observe par ailleurs que « le flyover de Caudan n’a rien changé en termes de circulation routière ». « Je ne remarque aucune amélioration, cela me prend toujours autant de temps pour gagner le centre de Port-Louis. »
Le président du Front Commun des Syndicats du Transport a également fait une vive sortie contre les transports qui opèrent dans l’illégalité. « Cela fait des années que plusieurs vans empiètent sur le domaine du transport en commun. J’ai moi-même porté plainte contre un opérateur de van en 2010, mais il opère toujours. » Yousouf Chotoye estime que la National Transport Authority (NTA) devrait être plus sévère concernant ces opérateurs. Le syndicaliste demande aussi à la NTA de revoir les conditions de suspension d’un employé du transport. Dès qu’il y a une plainte, souligne-t-il, un employé est suspendu pour plusieurs jours. « Cela ne peut continuer ainsi car il est question du gagne-pain de l’employé. »
Pour ce qui est du permis à points, Yousouf Chotoye demande à ce que le cas des employés du transport soit traité différemment. « Avan pran desizyon bizin konsilte travayer transpor parski nou travay depi gramatin ziska tanto. » Le syndicaliste demande ainsi une rencontre avec les parties concernées.