Le leader du FSM, Cehl Meah, a lancé vendredi un défi au Premier ministre et au leader de l’opposition pour un débat sur l’unité nationale et l’homosexualité, et ce avant l’annonce des prochaines élections. Sans préciser le fond de sa pensée, il a rappelé que Navin  Ramgoolam a fait voter la loi sur l’homosexualité à Genève en 2011.
Lors de sa conférence de presse hebdomadaire, le leader du FSM a commenté l’actualité politique, précisant toutefois qu’il ne cherche aucun poste de ministre ou de député en offrant sa collaboration à la nouvelle alliance Ptr/MMM qui se met en place actuellement. « Si Pravind Jugnauth et Paul Bérenger peuvent collaborer avec le gouvernement, alors pourquoi pas Cehl Meah, et ce dans l’intérêt du pays ? » a-t-il déclaré. Et de rappeler qu’il réclame « l’ouverture de l’espace démocratique » du pays depuis qu’il a été élu membre du Parlement. « Je peux trouver des investissements et de l’aide financière dans les pays du Golfe », a-t-il lancé. « J’ai réitéré ma demande avec la nouvelle alliance. Sa ve pa dir ki mo pe rod enn plas enba lili », a-t-il fait ressortir. Il a ajouté que « contrairement aux autres », il apportera « des résultats concrets à l’avantage de la population ». Par exemple, dit-il, « nou kapav amen 500 lakaz enn sel kou e nou pou veye ki larzan la pa rant dan pos dimoun », avant d’ajouter : « Donne nou la sans ! » Cehl Meah s’est aussi dit être une « garantie contre toute forme d’extrémisme et contre la piraterie maritime » dans l’océan Indien.
Au sujet de la nouvelle alliance Ptr-MMM qui se met en place, le leader du FSM a demandé à ses deux leaders « de ne pas laisser emporter par le pouvoir, de respecter la démocratie et de ne pas opter pour la dictature ». Dans le même ordre d’idées, il a dit souhaiter un regroupement des partis de l’opposition « pour la bonne marche de la démocratie ». Selon lui, une fédération des partis de l’opposition est nécessaire « afin d’aider sir Anerood Jugnauth d’empêcher un 60-0 ». Ce qui ne l’empêche pas de ne pas être d’accord « avec le fonctionnement du MSM », qui lui a déjà offert deux tickets électoraux dans le passé. « Je ne suis donc pas concerné par les négociations avec SAJ, ki pe ankor dir ki si li pran Cehl Meah, li pou perdi elektora indou », a-t-il souligné.
Le leader du FSM a par ailleurs commenté d’autres sujets, dont la criminalité dans le pays. Il s’est dit « inquiet » de la situation du “law and order”, précisant que « la population vit dans la terreur ». Et de faire ressortir : « Ce n’est pas une coïncidence que le feu a pris dans les champs de canne à l’annonce d’une alliance entre le Ptr et le MMM… »