Le Front Solidarité Mauricien (FSM) a, lors de sa conférence de presse hebdomadaire, pris pour cible Paul Bérenger. Il critique la démarche du leader de l’opposition de faire alliance avec le Parti travailliste (PTr). “Paul Bérenger aurait dû d’abord annoncer sa démission en tant que leader de l’Opposition”, dit-il, ajoutant que s’il n’a pas “l’audace” de le faire, qu’il faudrait le révoquer. Il estime aussi que le leader du MMM a fait acte de trahison envers le pays dans le but de “mendier une alliance”.
Au sujet des photos publiées du Premier ministre dans un quotidien, Cehl Meeah accuse Paul Bérenger d’avoir usé de cette stratégie pour “fer Navin Ramgoolam vinn feb dan lalliants ek obliz li pou kontrakte lalians”. Cehl Meeah estime que le leader de l’opposition a été “domestiqué et chloroformé”. Il ajoute, par ailleurs, qu’il s’agit d’une stratégie pour que l’économie du pays “reste dans les girons de certains privilégiés”, dit-il. Ainsi, le leader du FSM pense que le Premier ministre devrait être prudent, car avec la dissolution de l’Assemblée nationale, le MMM pourrait faire alliance avec le MSM. De plus, pour Cehl Meeah, “le groupe de personnes qui gravitent autour du PM l’utilise pour leur ascension économique”.
Le FSM dit condamner “toute publication atteinte à la vie privée”, en remettant sur le tapis le “case 116”, pour lequel Cehl Meeah était impliqué, accusé d’avoir abusé d’une mineure dans un hôtel. Il dit avoir affronté le coup avec courage et rappelle qu’il est aujourd’hui un parlementaire. “Il ne faut pas qu’on ait une politique deux poids, deux mesures”, dit-il avant d’ajouter: “Je suis très inquiet des dérives politiques et légales.”
Sur un autre volet, Cehl Meeah dit condamner l’agression alléguée d’un photographe du Défi par un policier: “La police n’a pas le droit de lever la main sur les photographes de presse et les journalistes”, dit-il. Par ailleurs, le leader du FSM estime que le ministre de la Santé Lormus Bundhoo devrait “lev pake ale” à cause de l’affaire Avastin. Concernant les attaques en Palestine, le FSM souligne que les droits humains ont été bafoués et lance un aux Mauriciens pour qu’ils prient pour ces personnes qui souffrent dans les pays arabes.