La Multi Carrier Mauritius Ltd (MCML) fait l’objet de critiques et de dénonciations de la part de la Fédération des Travailleurs Unis. Le syndicat a adressé une lettre au Premier ministre dans laquelle il réclame une enquête approfondie sur la gestion de cette compagnie publique.
La Multi Carrier Mauritius Ltd opère un réseau d’émetteurs à travers l’île en vue de la retransmission des programmes de la Mauritius Broadcasting Authority (MBC), des radios privées et de la chaîne publique. La création de cette compagnie publique, pour rappel, s’est faite dans le cadre de la libéralisation des ondes. La plupart de ses employés sont issus du personnel technique de la MBC. Ils avaient été transférés en 2002 mais leurs conditions de travail et leur temps de service avaient été préservés.
Dans sa lettre au Premier ministre, Navin Ramgoolam, la FTU mentionne plusieurs manquements qui pourraient, selon elle, entraver les relations industrielles au sein de cette compagnie d’État. Le syndicat déplore des « modifications unilatérales » apportées aux conditions de travail, comme le plan d’assurance auquel la compagnie contribue à environ 2 % en faveur de chaque employé depuis 2009 et que la direction aurait choisi de remplacer en faisant appel à une autre compagnie d’assurance. Par ailleurs, la direction refuserait toute négociation, ayant trait aux conditions d’emploi, avec la FTU, ignorant même l’existence de cette dernière. Le syndicat soutient également que les employés ne se sentiraient pas libres de s’exprimer lors des réunions par peur de représailles.
Les récents recrutements effectués, selon la FTU, ne seraient pas en règle avec l’Equal Opportunity Act. Atma Shanto, négociateur de la FTU et signataire de la lettre au Premier ministre, s’interroge aussi du fait qu’un seul membre du conseil d’administration se charge de l’exercice d’entrevues lors des recrutements.
Par ailleurs, l’utilisation de véhicules de la compagnie en dehors des heures de bureaux, de même que les dimanches et congés publics est pointée du doigt. Le fait qu’un seul employé assurerait le night shift interpelle aussi le syndicat, qui souhaite que la direction désigne un employé additionnel pour le travail de nuit.
Le syndicat note également qu’il y a « un manque de transparence » au sujet des missions à l’étranger en ce qui concerne, entre autres, la formation des employés, et « un flou » dans l’organigramme de la MCML. La Fédération des Travailleurs Unis estime en outre que cette compagnie d’État « est devenue la propriété de quelques personnes ».
Cette situation qui prévaut au sein de la Multi Carrier Mauritius Ltd ne peut plus durer, estime la FTU. Le syndicat réclame une enquête approfondie sur la gestion de cette compagnie.