Le président de la Fédération des travailleurs unis a logé une plainte formelle contre l’État mauricien en adressant une correspondance hier au Committee on Freedom of Association de l’International Labour Organisation en Suisse. Le syndicat s’élève contre les « acts and doings » de la compagnie ABC Foods, dont « l’attitude antisyndicale » serait une violation aux conventions 87 et 98 de l’ILO.
La Fédération des travailleurs unis fait dans ce courrier la chronologie d’une série d’événements « antisyndicaux » à ABC Foods (Chue Wing & Co. Ltd) depuis l’arrivée d’un nouveau General Manager et Sales Manager en décembre 2010. Selon Atma Shanto, cette compagnie privée, spécialisée dans la distribution de produits alimentaires variés pour le marché local et international, a pris des décisions unilatérales.
Le président de la FTU allègue qu’il y a eu des actes d’intimidation par Chue Wing & Co Ltd contre les employés pour qu’ils quittent leur syndicat. Atma Shanto invoque également : « the content of these resignation letters are the same and had been prepared at the seat of the company dictated by the Sales Manager, according to complaints from our members. »
La FTU fait aussi état d’une campagne agressive qu’aurait initiée l’employeur contre le syndicat ; un article de presse aurait été placé sur le « notice board » du messroom en vue de le discréditer parmi les employés. Le syndicat a par ailleurs reçu l’interdiction d’organiser des réunions dans ce messroom. De plus, avance la FTU, ABC Foods a introduit le 13 juillet une caméra dans cette pièce malgré une protestation du syndicat en présence de la Mauritius Employers Federation.
Atma Shanto explique également que « seeking assistance of the General Manager into problems cropping up during working hours, the workers is regularly compelled to disclose whether he belongs to the trade union, in affirmative he refused assistance ». La FTU explique qu’elle n’a eu d’autre choix que de rapporter ce cas au Freedom of Association Committee of the Governing Body de l’International Labour Organisation (ILO) et au Committee of Expert on the application of Convention and Recommendation.
Une plainte formelle a ainsi été logée contre l’État mauricien pour violation de la convention 87 de l’ILO, qui concerne la « freedom of association and protection of the right to organise » et de la convention 98 en respect de l’application des principes du « right to organise and bargain collectively ».
Le président de la FTU a déclaré hier au Mauricien que « l’État a la responsabilité de s’assurer que les patrons respectent les droits syndicaux et les conventions de l’ILO. Le gouvernement mauricien a ratifié ses conventions et quand il y a violation, il doit répondre ». Le Mauricien a essayé en vain d’avoir la version du General Manager d’ABC Foods.