La compagnie Sports Data Feed Ltd, spécialisée dans le domaine des paris sur les matchs de football, a logé une plainte hier en Cour suprême réclamant à son avoué Me Preetam Chuttoo Rs 50 millions de dommages. Ayant contracté ses services pour ses affaires légales, elle lui reproche d’avoir fourni des informations privilégiées à son sujet à d’autres entreprises travaillant dans le même secteur pour nuire à sa réputation. Sports Data Feed estime que les agissements de l’avoué Preetam Chuttoo constituent une violation du Code d’éthique et de l’article 300 du Code Criminel. Sports Data Feed est représentée par Me Sanjiv Teeluckdharry.
La plainte a été logée en Cour suprême hier après-midi par le directeur de la compagnie Sahadeo Ramjit. Sports Data Feed Ltd incorporée en 2011 détient un permis de bookmaker pour organiser des paris sur des données sportives officielles. Elle détient des partenariats avec la Football Association Premier League Limited, la Football League Limited qui opéra sous l’égide de la Football Association Premier League Limited, la Football League Limited et la Scottish Professional Football League Limited. En 2012, Sports Data Feed Ltd devait se rendre compte que certaines entreprises et sociétés de paris avaient utilisé et reproduit les calendriers et données officielles sans le consentement ou l’autorisation des propriétaires de ces listes et données officielles et en violation de ses droits exclusifs. Afin de protéger ses droits et intérêts, la compagnie avait alors retenu les services de l’avoué Preetam Chuttoo à des fins de l’application des injonctions pour interdire à certaines sociétés de paris de faire usage illégal de ces informations. L’avoué aurait alors préparé les affidavits et demandes d’injonctions contre trois sociétés de paris, mais selon la plainte déposée en cour hier, il aurait à la dernière minute informé la compagnie qu’il serait mieux qu’un autre avoué signe les affidavits et autres processus judiciaires car il aurait fait l’objet de remarques défavorables de la Cour suprême dans un arrêt. Preetam Chuttoo aurait recommandé un autre avoué et aurait même proposé de rester dans l’ombre et de continuer à opérer derrière le rideau dans la supervision, la préparation et la rédaction de tous les actes de procédure et les applications que la compagnie allait déposer.
Dans la plainte logée, la compagnie affirme que dans le cadre de ses relations professionnelles avec l’avoué, ils ont échangé des données personnelles, confidentielles et sensibles, des documents, des informations et des instructions relatives à leurs demandes d’injonctions. Les plaignants affirment qu’ils lui avaient même demandé de participer à des conférences et de négocier avec les avocats et les autres dirigeants de leurs partenaires étrangers. Or, le 11 juillet 2013 l’avoué devait appeler le directeur de la compagnie à son bureau pour l’informer que des documents et les comptes e-mail avaient été piratés et altérés par une entreprise rivale. Ce qui devait faire l’objet d’une enquête policière, et le directeur de la compagnie Sahadeo Ramjit avait été arrêté par la CID et puis relâché sous caution après dix jours de détention. La compagnie Sports Data Feed estime que « the acts and doings of Defendant also constitute “fautes graves” by substantially distorting and leaking of privilege instruction, data and information amongst to the Plaintiffs’ business rival to blow up same into a scandal with the view to destroy Plaintiffs’ reputation and goodwill ».