Les funérailles d’Yves Fanchette ont eu lieu vendredi après-midi devant un concours d’amis, de dirigeants sportifs et de personnalités politiques. Lors de cette cérémonie empreinte d’émotion qui a été concélébrée par les Pères Filip Fanchette – frère du défunt -, Jocelyn Grégoire et Michel Boullé, Myrna Lapierre a retracé le parcours de l’ancien chroniqueur et administrateur sportif, rappelant ce qu’elle avait appris à apprécier chez Yves Fanchette en collaborant avec lui dans l’organisation de diverses compétitions sportives dont les Jeux des îles de 1985 à Maurice.
Myrna Lapierre a loué les qualités d’un homme « tatillon » qui allait toujours au bout de ce qu’il entreprenait. Celui qui savait toujours trouver le mot juste non pas pour faire étalage de ses connaissances mais avec un sens du partage très développé.
« Merci pour les sages conseils qui ont fait de nous ce que nous sommes », a-t-elle déclaré devant une assistance attentive.
Myrna Lapierre n’a pas manqué de faire ressortir combien Yves Fanchette était un chroniqueur sportif qui maîtrisait son sujet. « Même ceux que tu critiquais ne t’en tenaient pas rigueur », dira-t-elle. Elle a fait mention du fait qu’Yves Fanchette restait l’oreille collé au poste de radio pour obtenir des informations et des scoops. Pour elle, les articles d’Yves Fanchette ont permis aux lecteurs d’apprendre la géographie aussi bien que l’histoire.
L’intervenante a salué le modèle d’humilité qu’était Yves Fanchette, celui qui acceptait que quelqu’un d’autre pouvait proposer une idée différente et qui avait toujours une solution de rechange quand quelque chose ne marchait pas.
Elle est revenue sur l’attaque cérébrale dont avait été victime Yves Fanchette lors de la cérémonie d’ouverture des JIOI de 1985, après de longs mois de travail pour organiser la manifestation. « The show must go on ! ». Après s’être remis de sa maladie, Yves Fanchette allait s’investir de nouveau avec la même passion.
Myrna Lapierre a aussi souligné le fait qu’Yves Fanchette était « charitable, juste, conciliant, un modéle de droiture. » « Un homme qui voyait toujours chez les gens leur bon côté et qui aimait sa famille. » « Yves était un grand-père gâteau. »
Se faisant porte-parole de Michael Glover, ancien ministre des Sports dont Yves Fanchette a été le proche collaborateur, auprès de la famille du défunt, Myrna Lapierre devait saluer celui qui a servi le sport mauricien de manière tout à fait désintéressée.
Les membres de la famille, Soeur du Rosaire, soeur du défunt, sa belle-soeur Eda, sa fille Nathalie, son fils Pierre-Yves se sont succédés pour prononcer des prières.
C’est un Ave Maria chanté avec ferveur qu’a pris fin la cérémonie. Il était alors l’heure pour la dépouille d’Yves Fanchette de prendre le chemin de sa dernière demeure, le cimetière St Jean…