Un vibrant hommage a été rendu hier en l’église Sainte-Anne, à Stanley, Rose-Hill, par l’universitaire Daniella Police-Michel à son beau-frère, Elie Michel, qui vient de succomber à l’âge de 78 ans après des complications de santé. L’épouse du leader des Verts Fraternels, Sylvio Michel, a ainsi qualifié Elie Michel de « prophète des descendants d’esclaves et de l’île Maurice contemporaine ! »
« Pou mwa, Elie ti dabor enn profet bann desandan esklav ek l’île Moris kontenporenn ! » a d’emblée lancé Daniella Police-Michel devant une église pleine à craquer. « Ki ete enn profet ? » a-t-elle demandé. Pour elle, il s’agit d’abord d’une personne « choisie par Dieu » et qui a une « mission » sur terre. « Elie, kuma nou tou, finn swazi par bondie. Li ti ena enn responsabilite special… So mission, so responsabilite, cete montre simin bann desandan esklav ! » a-t-elle insisté.
Deuxième caractéristique d’un prophète, selon Daniella Police-Michel : avoir un message pour son peuple. « Bondie finn donne enn mesaz Eli pou donn so pep. Elie ti ena enn parole dife. Enn parol ki sakouye », a-t-elle ajouté. Ses paroles, a poursuivi l’oratrice, étaient « violentes » par moments. « Mais c’était une violence contre l’injustice, contre la misère qu’il n’acceptait pas pour son peuple. »
« Alors que les décideurs politiques, à l’époque de l’Indépendance, avaient pris la décision de parquer les descendants d’esclaves dans la communauté de population générale, alors qu’on faisait tout pour qu’ils ne puissent exister en tant qu’eux-mêmes, selon ce qu’ils avaient construit, alors que les décideurs politiques avaient bénéficié d’une grande éducation et étaient devenus de grands intellectuels, c’est un enfant d’ouvrier et ouvrier lui-même que Dieu a choisi pour porter son message en la personne d’Elie », a poursuivi l’oratrice.
De ses parents, a ajouté Daniella Police-Michel, Elie a reçu une éducation fondamentalement chrétienne et « les grandes valeurs de l’humanité ». Il avait exercé de petits métiers pour embrasser finalement une carrière dans la pâtisserie. « Li finn montre nou ki fode pa atann ki lezot donn nou travay. Nou bizin met nou dibout lor nou prop lipie ek partaz nou konessans », a-t-elle insisté. C’est ainsi, a-t-elle ajouté, que des jeunes de plusieurs générations ont appris le métier de pâtissier avec lui.
Autre qualité de ce « prophète de l’île Maurice contemporaine », selon Daniella Police-Michel : il assumait sa condition de descendants d’esclave, sa culture et sa langue. « Mo finn gagne temwaniaz ki dir ki kan li ti pe negocie ek anglais pou bann Chagossiens, bien ki li ti kompran anglais ek français, li ti fer zot respecter son langaz kreol. Li ti obliz anglais fer vinn enn interpret pou ki li kapav exprim-li dan langaz ki so mama finn montre-li. »
Elie a aussi été une « personne vraie », selon l’oratrice. « Ledikasyon ki transmet a bann desandan esklav a traver lekol et a traver legliz ena tandans montre zott enn model dan lekel zot na pa rekonet nou », explique-t-elle. « Eli ti enn model… A travers so lavi, li finn montre nou na pa gagne honte si nou manier de viv li kapav deranz bann dimounn ki ena pretansyon presant zot kuma bann model ek krwar ki zot superieur. »
En guise de conclusion, Daniella Police-Michel affirme qu’Elie a montré la voie aux descendants d’esclaves sur le plan social et politique. « Il a toujours insisté pour que les descendants d’esclaves se rappellent que le succès qu’a connu Maurice est basé  sur une grande injustice. Il est basé sur le travail gratuit que nos grands-parents ont fourni pendant plusieurs générations. Nous aussi avons droit à cet héritage… C’est pourquoi Elie et Sylvio ont toujours lutté pour cette compensation et cette réparation envers les descendants d’esclaves. »
Aux jeunes, Daniella Police-Michel a finalement lancé : « Pa blie la sagesse de bann aines parmi bann descendants esclav. Bizin mars ar zot pou valoriz la verite ki zot pe viv ! »
Après les funérailles, la dépouille d’Elie Michel a été inhumée au cimetière de Saint-Jean, à Quatre-Bornes.