C’est dans une église bondée que se sont déroulées hier après-midi les funérailles de Maria Wright (46 ans) et de son fils Jeff (19 ans), décédés samedi dans les tunnels du Caudan suite aux pluies diluviennes. Les deux cercueils de couleur blanche, arrivés à l’église Ste Thérèse à Curepipe à 15 heures après avoir quitté le domicile des Fokeer, parents de Maria, à rue Kestrel, Camp Caval, Curepipe, ont été installés dans le choeur devant l’autel où les prêtres célèbrent la messe. Les deux funérailles ont eu lieu simultanément à Curepipe.
Parmi ceux ayant apporté leurs témoignages concernant les défunts, l’autre fils de Sylvia Wright, Jason ; très ému, il a rappelé que la journée de dimanche qui devait être consacrée à la célébration de Pâques et au 24e anniversaire de mariage de ses parents s’est avéré une journée dramatique.
Dans son homélie, le père Philippe Tamin a observé que tout le monde ira de ses interprétations au sujet de la catastrophe de samedi qui a fait tant de morts. Selon lui, certains pointeront du doigt le changement climatique, d’autres le manque de civisme des Mauriciens qui polluent impunément et d’autres encore critiqueront les autorités. Il estime toutefois qu’il est possible que ce sont toutes ces causes réunies qui soient à la base de cette catastrophe. « Chacun doit pouvoir faire son mea culpa », a-t-il dit.
Étaient présents à l’église Ste Thérèse le président de la République Kailash Purryag, les ministres Arvin Boolell (Affaires étrangères), Vasant Bunwaree (Éducation), Deva Virahsamy (Environnement) et Michaël Sik Yuen (Tourisme), le secrétaire général du Parti travailliste Kalyanee Juggoo, entre autres.
Les deux victimes Maria et Jeff Wright ont été enterrés au cimetière Bigara aux Casernes à Curepipe. Maria Wright, ancienne élève du collège Mauritius, était connue comme « une personne douce et toujours au service de son prochain ». Quant à Jeff, disent ses amis, « il était quelqu’un de loyal ».