L’enquête sur la fusillade meurtrière de Petit-Verger du samedi 19 avril avec une victime, Yoven Velangany, âgé de 23 ans, tué d’un coup de feu, franchit une nouvelle étape. La première reconstitution des faits avec un des suspects en état d’arrestation s’est déroulée en début d’après-midi sur les lieux du crime.
Les responsables de cette enquête placée sous la double supervision des ACPs Pregassen Vuddamalay et Heman Jangi font face à un véritable casse-tête au sujet de l’alibi fourni par Jean-Philippe Harel, directeur de Body Guard Co Ltd pour prouver son innocence dans ce règlement de comptes entre gangs de bouncers. De son côté, le suspect Robin Sourty, âgé de 40 ans, à l’origine de ces incidents, a été admis à l’hôpital depuis hier vu qu’il avait été agressé à coups de samourai à la tête dans un gymnase de Saint-Pierre dans la matinée du samedi 19.
La décision de procéder à cette première descente des lieux fait suite à l’interrogatoire de Yannick Ludovic Rivière, 21 ans, habitant Camp Samy, Moka et Security Officer de son état. Il a été entendu en présence de son avocat, Me Rishikesh Hurdoyal, par des limiers de la MCIT au sujet de sa participation à cette guerre de gangs. Le suspect a nié les faits retenus contre lui et a expliqué qu’il se trouvait sur les lieux parce qu’il est un ami à Steven Mootoocurpen, le cousin de la victime.
« Mo pa koné ki sène-là ti énan zarm, fisi ou sab dan so lamé. Mo nek ine tend kat kout bal. Samem tout. Mo inosan dans sa zafer-là », aurait répété en substance le suspect Rivière aux questions des enquêteurs de la MCIT. Pour le retour sur les lieux du crime de ce suspect, les autorités policières ont pris des mesures de sécurité afin d’éviter tout débordement des proches de la victime ou encore des habitants de la région.
La reconstitution des faits s’est déroulée sous haute surveillance policière avec le suspect Rivière montant aux membres de la MCIT et de la CID de l’Eastern Division les étapes de cette agression mortelle. Les enquêteurs détiennent une carte maîtresse sous la forme d’un enregistrement vidéo à partir d’un téléphone cellulaire pour confirmer les dires des principaux suspects.
Entre-temps, l’enquête de la police sur ce meurtre bute sur un obstacle majeur. Jusqu’ici, le suspect Jean-Philippe Harel a fait état d’un alibi pour tenter de prouver son innocence dans cette bagarre meurtrière. Il évoque une entrée au poste de police de Grand-Baie consignée vers 17 h 10 alors que le meurtre a été commis à Petit-Verger vers 16 h 45.
Les enquêteurs mettent en doute la thèse avancée par Jean-Philippe Harel pour se tirer d’affaire. Une enquête de haut niveau a été ouverte pour faire la lumière sur les circonstances dans lesquelles cette entrée a été consignée le 19 avril alors que d’autres documents visuels et la version de témoins oculaires semblent accréditer la thèse que ce suspect était sur les lieux du crime « at the material time ».
Dans la nuit d’hier à ce matin, la police a procédé à une onzième arrestation. Mohammed Javed Ackbar Dilloo, habitant Vacoas, et Bouncer de son état, a été interpellé et a comparu ce matin devant le tribunal de Moka pour son inculpation provisoire dans le meurtre de Yoven Velangany. Il a été placé en détention policière.
D’autres arrestations sont à prévoir alors que Robin Sourty, qui devait être entendu hier en présence de son homme de loi, Me Samad Goolamaully, a été hospitalisé suite à ses blessures essuyées lors de l’agression attribuée à la bande Mootoocurpen/Velangany.