Le magistrat Pritviraj Balluck, siégeant devant le Bail and Remand Court (BRC), a accédé ce matin à la motion de remise en liberté conditionnelle logée par l’avocat de Jean-Harel Philippe, Me Sanjeev Teeluckdharry. La motion avait été logée en avril et la Cour avait donné un délai de deux mois à la police pour boucler l’enquête. Jean-Harel Philippe a été libéré aujourd’hui sous une caution de Rs 50 000. Le prévenu avait été arrêté après une fusillade survenue à Petit-Verger le 19 avril 2014, au cours de laquelle Yogen Velangany avait été tué.
La Poursuite, représentée par Me Soochit, avait résisté à cette “bail motion”. Appelé à la barre des témoins, l’enquêteur principal avait évoqué la possibilité que l’accusé influence les témoins, manipule les preuves ou commette un nouveau délit. Selon lui, Jean-Harel Philippe avait catégoriquement nié son implication, mais il avait été incriminé par d’autres personnes arrêtées après la fusillade, fait aussi corroboré par des témoins indépendants. L’officier avait ajouté que l’enquête suivait son cours en attente de documents. Me Teeluckdharry ayant souligné qu’aucune preuve n’incriminait encore son client, le magistrat Balluck avait accordé deux mois à la police pour boucler son enquête.
Jean-Harel Philippe a été libéré aujourd’hui après s’être acquitté d’une caution de Rs 50 000 et signé une reconnaissance de dettes de Rs 700 000. Il devra se présenter au poste de police de sa localité tous les jours. L’accusé avait été arrêté suite à une fusillade survenue à Petit-Verger le 19 avril 2014 au cours de laquelle Yogen Velangany avait été tué. Deux autres suspects arrêtés avaient incriminé Jean-Harel Philippe. Un ressortissant étranger, un dénommé Bakaury, avait été plusieurs fois cité dans cette affaire. Ce témoin oculaire aurait identifié formellement Jean-Harel Philippe comme étant présent à Petit-Verger ce jour-là.