Le magistrat Pritviraj Balluck siégeant devant le Bail and Remand Court a rejeté en début d’après-midi la motion de bail logée par l’avocat de Jean Harel Philippe pour sa remise en liberté conditionnelle. Le prévenu avait été arrêté après la fusillade survenue à Petit-Verger le 19 avril dernier au cours de laquelle Yogen Velangany avait été tué.
La bail motion de Jean Harel Philippe avait été présentée devant la Bail and Remand Court par son homme de loi Me Sanjeev Teeluckdharry le 14 août dernier. La Poursuite représentée par Me Soochit avait résisté à cette motion, appelant à la barre des témoins, le sergent Yogesh Digumbar qui avait établi les points d’objection de la police, notamment les possibilités que l’accusé influence les témoins, manipule les preuves et commette un nouveau délit s’il est relâché. Le sergent avait affirmé que Jean Harel Philippe a catégoriquement nié être impliqué dans cette affaire et qu’il a cependant été incriminé par d’autres personnes arrêtées après la fusillade. Son nom a été donné par des témoins indépendants également. L’officier avait ajouté que l’enquête suit son cours et que des documents sont en attente.
Le magistrat Balluck a retenu ce matin les points avancés par la police pour la remise en liberté conditionnelle du prévenu, qui devra donc rester en détention.
Jean Harel Philippe avait été arrêté à la suite d’une enquête menée sur la fusillade survenue à Petit-Verger le 19 avril dernier au cours de laquelle Yogen Velangany avait été tué. L’enquête policière avait mené à l’arrestation de Jean Harel Philippe, directeur de Body Guard Co Ltd, avec un témoin oculaire de la fusillade et deux autres suspects. Le témoin oculaire est un ressortissant étranger, un dénommé Bakaury, dont le nom avait été plusieurs fois cité dans cette affaire. Ce témoin aurait identifié formellement le directeur de Body Guard Co Ltd comme étant présent à Petit-Verger au moment de la fusillade du 19 avril. Les deux autres sont des suspects dont les versions des faits mentionnent également la présence de Jean Harel Philippe.