L’artiste mauricien Dyaneswar Dausoa a été notre ambassadeur culturel au Gabon lors du premier Symposium International de Sculpture sur bois le mois dernier. L’occasion pour lui de voir que le Gabon a, outre les ressources économiques, un incroyable potentiel artistique. Il existe aussi des perspectives pour des échanges à tous les niveaux.
Le Symposium International de Sculpture sur bois s’est achevé le 10 août 2012 par un vernissage officiel au Musée national des arts et traditions. A cette occasion, on a fait état officiellement de la « trans-culturalité ». Séraphin Moundounga, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et technique et de la Formation professionnelle, chargé de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, et Ernest Walker Oninwin, ministre délégué en charge de la Culture, ont donné un éclat particulier à la cérémonie et surtout démontré qu’au Gabon, l’art et la culture ne sont pas de simples accessoires. Séraphin Moundounga s’est félicité de ce que ce symposium ait été « une occasion de créativité mais aussi un moment d’inter-culturalité sur le chemin d’une nécessaire trans-culturalité que doit promouvoir le dialogue des cultures et des civilisations ».
Mentionnons aussi le projet de « Gabon émergent » du Président Ali Bongo Ondimba, qui consiste à mettre en oeuvre une stratégie dont le ressort est la valorisation du potentiel en ressources humaines, naturelles et minérales du Gabon. C’est pour cette raison qu’il a opéré des choix stratégiques afin d’axer le développement du pays autour de trois piliers de croissance baptisés « Gabon industriel », « Gabon vert » et « Gabon des services ». Le pays cherche à établir des partenariats et cible Maurice qu’il connaît déjà à travers les échanges culturels. Un plan sera développé au cours des six prochains mois comme une structure qui, avec la participation des citoyens gabonais, du secteur privé et de l’administration publique, mènera le pays vers un développement durable.