Les tireurs en provenance des clubs de Curepipe, Pailles, Petite Rivière, Quatre-Bornes, Port-Louis, Bel Ombre, Richelieu se sont affrontés en assaut le week-end dernier au gymnase James Burty David lors du gala de boxe française savate organisé par le comité de Curepipe.
Dix combats étaient au programme des finales dont une seule en féminin, et c’est Sherifa Cader (Port-Louis) qui l’a emporté face à Adriana Lache (Bel Ombre) au bout de trois rounds. Chez les garçons, Didier Madarbacus (Richelieu), Brian Fils François (Pailles) et Olivier Lafleur (Curepipe) ont également été les auteurs de bonnes prestations.
Si pour Sherifa Cader le combat a été remporté sans trop de difficultés, elle soutient que l’assaut demande plus de concentration et de retenue dans les coups, mais elle commence à le maîtriser. Elle se prépare comme la plupart des vainqueurs afin d’être dans la sélection en vue des mondiaux en assaut qui ont lieu l’année prochaine.
« Normalement, je suis plus à l’aise en combat, mais je constate que je m’en sors plutôt bien en assaut aussi. La seule chose que je redoutais un peu était le poids de mon adversaire, qui est supérieur au mien. Je remercie l’entraîneur national Kursley Visanjoue et tous ceux qui me soutiennent », déclare-t-elle.
De son coté, Kursley Visanjoue s’est dit satisfait de l’organisation et des performances réalisées. « Les tireurs montrent un certain intérêt et se conduisent pour la plupart comme des battants », souligne-t-il. Ce dernier a également présenté le projet d’offrir des cours de boxe française à l’université de Maurice à partir de ce mois, dans le cadre de la promotion de la discipline auprès des étudiants ainsi que du personnel enseignant.
Le président de la Fédération mauricienne de boxe française savate et des disciplines assimilées (FMBFSDA), Azfar Jinghut, est d’avis qu’il y a eu un bon soutien pour faire de l’événement du week-end dernier une réussite et tient par la même occasion à saluer la municipalité de Curepipe. « Nous continuons avec le programme établi depuis le début de l’année et nous faisons en sorte de couvrir tous les événements. Nos objectifs vont au-delà du sol mauricien ».
Une dizaine de participants se sont vu remettre leurs certificat, ayant réussi l’examen de juge arbitre après une formation.