La Loterie Nationale, notamment à travers le Loto, a un impact négatif sur les autres jeux de hasard. C’est ce qui ressort du dernier rapport annuel de la Mauritius Revenue Authority (MRA) publié en décembre 2011 et couvrant la période juillet/décembre 2009 et l’année 2010. L’organisme a recueilli Rs 1,486 milliard d’impôts sur les jeux de hasard en 2010, soit Rs 61 millions de moins que pour l’année financière 2008/2009.
« Although actual receipts in 2010 were Rs 1 486 millions, that is Rs 371 millions above projections, they still fell short of FY 2008/09 collections by Rs 61 millions. This may be due to the full year impact of the National Lottery on other gambling activities in 2010 », fait ressortir la MRA dans son analyse de la situation. Les prévisions pour 2010 étaient de Rs 1,115 milliard alors qu’en 2008/2009, la MRA avait recueilli Rs 1,547 milliard. À noter que durant 2008/2009, les recettes recueillies par la MRA sous l’item jeux de hasard étaient en dessous des estimations qui étaient de Rs 1,6 milliard.
Pour la période juillet à décembre 2009, la MRA a recueilli Rs 766 millions, soit une baisse de 19 % par rapport aux estimations initiales de Rs 945 millions. Ceci est dû notamment à une baisse des impôts recueillis auprès des casinos et autres maisons de jeu. « During July-December 2009, gambling receipts fell short of their projections by Rs 179 millions mainly in account of a fall in collections from gaming taxes on casinos and gaming houses », fait ressortir le rapport.
Selon les chiffres avancés par la MRA, de l’année financière 2006/07 à 2008/2009, l’on constate une hausse des revenus recueillis sous forme de taxe. Ainsi, en 2006/07, la MRA a collecté Rs 1,133 milliard ; en 2007/08, Rs 1,399 milliard et en 2008//09, Rs 1,547 milliard.
Les jeux de hasard entraînent une redistribution des revenus dans la société, fait ressortir le National Economic and Social Council (NESC) dans son rapport publié en décembre 2011. Ces revenus sont canalisés vers le gouvernement sous forme de taxe, vers le peu de gagnants et vers les organisateurs, souligne le NESC, qui attire l’attention sur les dangers que les jeux entraînent au sein de la société.
Le NESC constate que très peu d’emploi est créé dans le secteur. « Les jeux de hasard n’apportent aucune valeur additionnelle aux produits et services disponibles sur le marché ».
Dans son rapport, le NESC affirme aussi avoir pris note des ravages causés par les jeux de hasard au sein des familles pauvres surtout, et ce même si ces activités sont légales. Même si les pertes peuvent sembler peu importantes, elles ont un impact conséquent sur le budget familial. « The amount spent on gambling represent the equivalent of purchase of essential items, forgone by all the family members », fait ressortir le rapport. Il insiste sur l’effet du jeu sur la psychologie du joueur. Qu’il gagne ou qu’il perde, cela attise son envie de continuer. Par conséquent, pour la majorité de la population, les jeux entraînent l’appauvrissement continu de la famille.
Le NESC estime donc que la Gambling Regulatory Authority a un rôle important à jouer au sein de la société. « The Gambling Regulatory Authority should play a more potent role by cautionning the population against the risk of gambling practices », souligne le NESC. D’autant que la société civile a souvent décrié le tort causé par la prolifération des maisons de jeu. « It would be wise for the GRA to take this seriously », écrit le NESC. L’organisme suggère que des campagnes de sensibilisation soient organisées régulièrement pour mettre en garde la population sur les dangers des jeux de hasard, et que ces efforts soient soutenus par l’Association of Advertising Agencies (AAA), qui encouragerait ses membres à faire des publicités de manière responsable sur le sujet.