Les déclarations d’intention de mardi dernier à l’Assemblée nationale du Premier ministre, Navin Ramgoolam, en vue d’administrer un « véritable coup de balai » dans les tribunes du Mauritius Turf Club (MTC), ont été confirmées lors des délibérations du conseil des ministres d’hier. Les attributions de la « full-fledged Commission of Inquiry » sur l’organisation des courses de chevaux à Maurice ont été définies et rendues publiques. Des premiers contacts ont été établis en vue de procéder au choix de l’oiseau rare, qui sera appelé à présider cette commission d’enquête de même que ses plus proches collaborateurs. Une annonce officielle est prévue dès la fin des consultations d’usage et le feu vert de ceux concernés obtenu. Un fait à signaler : dans la longue liste des attributions de la commission d’enquête sur l’organisation des courses hippiques à aucun moment le nom du Mauritius Turf Club ne figure dans le communiqué officiel du conseil des ministres. Par contre, un des Terms of Reference cible spécifiquement le rôle et le Track Record du Chief Stipendiary Steward, qui s’est retrouvé au centre de différentes controverses au Champ-de-Mars.
Des premiers recoupements d’informations auprès des sources concordantes à l’hôtel du gouvernement, l’expertise en matière de contrôle et d’organisation hippiques disponible à Hong Kong pourrait être sollicitée par les autorités mauriciennes pour cette opération de  remise en ordre au Champ-de-Mars. Il n’est même pas exclu que la présidence de la commission d’enquête pourrait être confiée à une importante personnalité de Hong Kong vu son expérience en la matière. Mais aucune confirmation officielle n’était disponible à hier soir.
Par contre, la certitude demeure que les travaux de la commission d’enquête bénéficiera d’apport d’experts de spécialistes étrangers en vue de remettre sur les rails modernes le club bicentenaire. Le gouvernement a donné son accord de principe à ce que des Forensic Auditors et des experts étrangers soient cooptés sur enquête « to look into all aspects of horse racing in Mauritius ». L’intention du gouvernement consiste à démarrer les travaux de cette instance dans les meilleurs délais pour que les recommandations soient applicables dès la prochaine saison hippique.
Ainsi, cette commission d’enquête, réclamée unanimement par le gouvernement et l’opposition, aura les attributions suivantes dans un souci de revoir l’organisation, la gestion et l’administration des courses de chevaux à Maurice  :
• les procédures relatives à l’octroi des licences aux écuries, aux Nominators, aux entraîneurs et aux Freelancers de même que l’enregistrement des propriétaires de chevaux alignés lors des épreuves au Champ-de-Mars,
• les procédures en place pour le recrutement des jockeys, particulièrement les étrangers,
les formules pour l’acquisition des coursiers et les sources de financement de ces opérations,
les mesures techniques, de contrôle vétérinaire, de sécurité et autres mises en place en vue de s’assurer qu’il n’y ait pas de Tampering avec les chevaux engagés dans des épreuves au programme,
• la série d’incidents enregistrés lors des courses au Champ-de-Mars, dont des performances suspectes de certains chevaux et jockeys,
• le rôle exact et les responsabilités du Chief Stipendiary Steward et les actions recommandées par ce dernier depuis sa nomination à Maurice,
• les règlements en vigueur au Champ-de-Mars dans l’optique de s’assurer qu’ils soient appliqués de manière non discriminatoire, en toute objectivité et sans parti pris dans un esprit de transparence totale et conforme aux normes en vigueur sur le plan international,
• les opérations de paris aux courses de chevaux par les bookmakers, les opérateurs de Tote, dont les « online systems and off-course betting »,
• de mauvaises pratiques financières, dont les paris illégaux, des possibilités de blanchiment de fonds avec la « machine à laver » des paris sur les chevaux,
• des éventuels conflits d’intérêt de ceux qui sont engagés dans les courses de chevaux à Maurice,
• tous les aspects de l’organisation des courses à Maurice, y compris la mise sur pied d’une « Mauritius Turf Authority to oversee the overall organisation, management and administration of horse racing in Mauritius ».
Après l’étape des attributions et du choix des commissaires de cette commission d’enquête viendra le temps des auditions et de la mise à exécution des recommandations.