La guerre au sujet de l’exclusivité pour organiser les paris sur les matches de football à l’étranger (Grande-Bretagne) engagée entre Michel Lee Shim, de Sport Data Feed Ltd, et Paul Foo Kune, de Play-On Line éclabousse le judiciaire. Depuis vendredi, la Cour suprême est en état d’électrochoc avec des révélations soutenues par de la Documentary Evidence à l’effet que des juges étaient manipulées par des forces occultes contre des récompenses en argent en vue d’obtenir des jugements truqués présumés. C’est du moins le sens de la démarche entamée par Paul Foo Kune en début de semaine dernière avec une déposition en présence de son homme de loi, Me Roshi Bhadain, au QG du Central CID. En fin de semaine, les hommes des ACP Vuddamalay et Jangi sont passés à l’action avec une descente musclée dans l’enceinte de la Cour suprême en vue de l’arrestation de deux secrétaires de juges Krisnadatt Jory et Rajendra Issuri aux services des juges Hamuth et Caunhye.
Subséquemment, la pièce maîtresse du puzzle, soit le protagoniste alimentant financièrement le système de corruption dans le judiciaire, Bima Devi Bhikajee, aussi connue sous le nom de Ahkee, employée de confiance de Michel Lee Shim au sein de SMS Pariaz, était placée en détention policière. Très vite, l’étau s’est resserré autour des hommes de loi concernés par ce scandale de Judgment-Fixing au niveau de la Cour suprême. L’avoué attitré de Sport Data Feed Ltd, Me Roshan Rajroop, est appréhendé en cours d’après-midi avec une perquisition en règle de son étude.
A hier matin, ces quatre suspects ont comparu devant la Bail and Remand Court où leur détention policière a été étendue. Ils ont été inculpés provisoirement du délit de Conspiracy to do an Unlawful Act. N’empêche qu’au fur et à mesure que progressera l’enquête du Central CID, d’autres délits comme ceux de corruption et de trafic d’influence sous les provisions du Prevention of Corruption Act (POCA) et d’Aiding and Abetting of a Crime sous le Code Pénal pourront se justifier sur la base de preuves irréfutables.
Un autre développement est intervenu à la mi-journée, hier : Me Noor Hoosenee, dont les services avaient été retenus par Sport Data Feed Ltd, s’est rendu à la police. Il a été placé en détention mais il a déclaré que “tout porte à croire que mon ordinateur a été Hacked Criminally”. Il a retenu les services de Me Raouf Gulbul.
Avec les premiers éléments de l’enquête, il devient plus qu’évident qu’à une étape ou une autre de l’investigation, les versions des juges Hamuth et Caunhye devront être consignées par les enquêteurs de la police. Le format de cet interrogatoire demande à être défini dépendant des éléments recueillis formellement.
Le principal bénéficiaire de ce réseau de Judgment-Fixing, Michel Lee Shim, homme d’affaires très connu dans le monde des paris à Maurice, n’a pas été inquiété jusqu’ici par le Central CID. Pour la bonne et simple raison que cette personnalité du monde des paris s’est installé à Londres depuis la fin de l’année dernière. Dès demain matin, le Central CID sollicitera le concours des autorités britanniques par les filières établies en vue de confirmer le statut de la présence en Grande-Bretagne du promoteur de Sport Data Feed Ltd. Ses coordonnées devront également être confirmées en attendant une décision formelle visant à faire Michel Lee Shim revenir à Maurice “to face the music of football betting scandal”.
En prévision de la prochaine saison de football à l’étranger, notamment en Grande-Bretagne et en Europe, Michel Lee Shim caressait une unique ambition, assurer le monopole de ces paris à Maurice avec un chiffre d’affaires annuel touchant presque le milliard. Pour atteindre cet objectif, il s’était donné pour mission d’imposer l’exclusivité sur les Fixtures Lists et Football Data qu’il dit détenir en vue de l’organisation de ces paris très populaires à tous les coins de l’île.
Mais sur la voie de ce rêve de magnat des paris sur matches de football, Michel Lee Shim s’était vu dresser une série d’opérateurs licenciés par la Gambling Regulatory Authority (GRA). Depuis la fin de l’année dernière, Sport Data Feed Ltd avait instruit un premier procès en vue d’obtenir une injonction interdisant Stevenhills Ltd. d’organiser des paris.