L’une des premières objections soulevées dans le cadre de l’enquête du Central CID sur le scandale du GamblingGate porte sur l’admissibilité des e-mails piratés en tant que preuves. C’est du moins ce que laissent entendre les entourages de deux des protagonistes, en l’occurrence Michel Lee Shim et Me Noor Hossenee, respectivement promoteur et conseil légal de Sport Data Feed Ltd. Ces derniers soutiennent que leurs ordinateurs ont été piratés (hacked) et contestent l’admissibilité des e-mails accablants produits par Paul Foo Kune de Play-On-Line Ltd au Central CID en vue d’initier une enquête au pénal au sujet d’un éventuel complot en vue de détourner un jugement à son préjudice.
À la fin de la journée, le nombre d’interpellations dans cette affaire pourrait passer à six après l’arrestation samedi de Me Noor Hossenee, conseil légal de Sport Data Feed Ltd et la convocation formelle au comptable de cette dernière société, engagée dans l’organisation des paris sur des matches de football étranger. De son côté, Jean-Michel Lee Shim a signifié son intention de rentrer à Maurice dans les plus brefs délais pour répondre aux questions des limiers du Central CID.
En parallèle à l’enquête du CCID sur ce scandale avec des ramifications au sein du judiciaire, la Cour suprême demeure toujours en état de choc avec l’arrestation de deux secrétaires de juge, Krishnadatt Jory et Rajendranath Issuri, affectés aux services des juges Hamuth et Caunhye. À ce matin, très peu d’indications avaient filtré quant aux éventuelles décisions qui pourraient être entérinées au niveau de la Cour suprême en vue de parer au plus pressé dans la conjoncture. Aucune des sources officielles n’a voulu faire de commentaire au sujet des derniers développements découlant de la teneur des e-mails échangés entre les principaux protagonistes dans le GamblingGate.
Du côté des Casernes centrales, l’enquête initiée au début de la semaine dernière avec la déposition initiale de Paul Foo Kune, qui a retenu les services de Me Roshi Bhadain, aborde en ce début de semaine une étape déterminante avec l’interrogatoire des principaux suspects, qui ont été placés en détention policière. Me Noor Hossenee, qui s’est constitué prisonnier samedi, conteste l’admissibilité des courriels électroniques versés dans le dossier à charge.
« Nous nous interrogeons sur l’admissibilité de ces e-mails. Mon client, Me Hossenee, affirme que son e-mail a été piraté. Nous voulons savoir d’où proviennent ces e-mails ? De quelle façon ont-ils été obtenus, soit de manière légale ou illicite. L’ICT Act prévoit que l’accès à des e-mails des individus est protégé et que tout accès ne peut se faire que sur l’ordre d’un juge. Nous attendons des réponses à ces questions avant que nous nous décidions de subir l’interrogatoire prévu par le Central CID », a déclaré au Mauricien Me Raouf Gulbul.
Me Noor Hossenee, qui a passé le week-end en détention au poste de police de Trou-aux-Biches, a comparu devant le tribunal de Port-Louis en fin de matinée. Comme les autres suspects, cet avocat a été inculpé pour Conspiracy pour violation de l’article 109 (1) du Code Pénal. Tous sont accusés d’ingérence « in the Supreme Court Process, re case Sport Data Feed Ltd v/s Play-On-Line Ltd, involving pecuniary benefits, with a view to manipulate and maximize the chance of one party to wit : Sport Data Feed Ltd, to obtain a favourable judgment in the aforesaid matter ».
Trois autres suspects appréhendés vendredi, à savoir l’avoué Rashon Rajrop et les secrétaires des juges Hamuth et Caunhye, ont également été traduits devant le tribunal de Port-Louis ce matin pour la confirmation de leur inculpation provisoire. Les séances d’interrogatoire sont prévues à partir de cet après-midi selon un calendrier établi par le Central CID de concert avec les hommes de loi concernés.
D’autre part, outre un décryptage systématique des disques durs des ordinateurs saisis lors des différentes perquisitions menées par la police, que ce soit aux bureaux des secrétaires de juge ou à leurs domiciles ou à l’étude des hommes de loi concernés, le Central CID prévoit d’effectuer un Audit Trail des transactions et comptes bancaires des suspects. Aujourd’hui, le responsable de la comptabilité de la firme SMS Pariaz Ltd a été convoqué pour la confirmation de retraits d’argent sur les instructions de Jean-Michel Lee Shim, qui se trouve à Londres. Des Judge’s Orders seront également sollicités en vue d’avoir accès aux comptes bancaires opérés par les autres prévenus. Cet exercice s’avère nécessaire vu la teneur de certains e-mails versés dans le dossier à charge. Ainsi, le 9 juin dernier à 18 heures 32, Jean-Michel Lee Shim avait donné des instructions comme suit : « Ahkee (Bima Devi Bheekajee) phone Noor, met 100k dans enn lanvlop ek 30k dans enn lote lanvlop. Donne tout les deux Noor. OK ? Phone each other ».
Pour sa part, Jean-Michel Lee Shim, principal concerné par le scandale GamblingGate, a laissé entendre à la presse qu’il compte rentrer à Maurice dans les meilleurs délais en raison de l’urgence. C’est ce qu’il a affirmé dans diverses déclarations de presse, dont à Radio One durant le week-end. Il a ajouté que son abonnement e-mail a été « hacked » criminellement par des inconnus. « J’ai pris connaissance de la gravité de la situation et je compte renvoyer mes rendez-vous médicaux prévus pour le mois d’août. Mo bizin ranvoy mo bann randé-vous parski mo trouvé ki li important mo rantr Moris ek mo eklersi tou zafer », devait-il déclarer en substance de Londres.
Jean-Michel Lee Shim déclare qu’il n’a jamais rencontré les deux secrétaires de juge mis en cause dans le complot en vue de bénéficier d’un jugement favorable dans l’affaire Sport Data Feed Ltd. Il a concédé qu’Ahkee Bheekajee est une employée de SMS Pariaz. « Pa konpar SMS Pariaz ek Sport Data Feed. Madam-là li pou rakont tou travay ki li fer en toute la vérité et rien que la vérité. Kot so cass, ki line fer, ki li fine payé. Tou audit trail bizin swiv et nou guetté sipa larzan kinn sorti finn rentre dan poss juge kouma pe dire ou dan poss secrétaire juge », devait-il ajouter.
Jean-Michel Lee Shim a confirmé qu’il a été un partenaire d’affaires avec Paul Foo Kune, celui là même qui l’a dénoncé catégoriquement au Central CID.
L’enquête sur le GamblingGate se poursuit.