Jean-Michel Lee Shim, l’homme derrière SMS Pariaz Ltd et Sport Data Feed Ltd, qui avait annoncé de son propre gré son retour à Maurice pour ce matin dans le cadre du scandale de GamblingGate, s’est ravisé. Affirmant être pris par de l’unfinished business à Londres, il n’a pas embarqué à bord du vol au départ de Londres pour se retrouver au QG du Central CID ce matin à 8 heures comme il l’avait promis initialement. Au sein de l’équipe des enquêteurs placés sous la supervision des ACP Pregassen Vuddamalay et Heman Jangi, le no-show de Jean-Michel Lee Shim ne constitue nullement une surprise, et les démarches initiées au niveau d’Interpol et des autorités britanniques devraient être approfondies en vue d’évaluer les différentes options pour entamer l’interrogatoire formel du cerveau derrière ce scandale avec en toile de fond le judiciaire et le monde du jeu.
Entre-temps, Sahadeo (Vikash) Ramjit, Executive Chairman et Chief Executive de Sport Data Feed Ltd, qui rejette les accusations portées contre lui, devra être confronté dans les jours à venir à la teneur des e-mails récupérés de son ordinateur par les spécialistes de l’IT Unit de la police. Dans un autre volet du GamblingGate, l’Independent Commissions Against Corruption (ICAC) n’aura d’autre choix que de solliciter un Judge’s Order pour un examen approfondi des appels téléphoniques et des transactions bancaires opérées par le chef inspecteur de police Hector Tuyau. Des échanges de messages électroniques de proches de sa famille avec Jean-Michel Lee Shim ont été versés dans le dossier à charge.
Deux semaines après la première déposition consignée par Paul Foo Kune, directeur de Play-On-Line Ltd, pour dénoncer un complot visant à détourner un jugement de la Cour suprême à son détriment, le Central CID soutient être en possession de suffisamment de preuves en vue d’établir un Prima Facie Case contre le patron de SMS Pariaz Ltd à Maurice et à Londres et la Sport Data Feed Ltd dans le GamblingGate. Une inculpation provisoire de « Giving instructions to commit a crime » et une période de détention policière sont considérées comme faisant partie des possibilités réservées à Jean-Michel Lee Shim.
« À ce stade de l’enquête et avec les preuves que nous détenons, nous avons besoin de procéder à l’interrogatoire de Jean-Michel Lee Shim. Et cela peut se faire à n’importe quel moment. Puisque nous avons appris à travers la presse qu’il n’est pas disponible, nous allons poursuivre nos contacts avec Interpol et avec les autorités britanniques pour évaluer les différentes options pour interroger ce représentant de Sport Data Feed Ltd », indique-t-on de sources autorisées aux Casernes centrales.
L’un des premiers éléments à confirmer par le Central CID dans le cas de Jean-Michel Lee Shim sera son statut à Londres. Si le propriétaire de Sport Data Feed Ltd et de l’hebdomadaire Weekly Mauritius News, à Londres, détient le permis de résidence en Grande-Bretagne, les autorités s’apprêtent à livrer bataille sur le plan légal comme ce fut le cas pour Teeren Appasamy, qui n’a jamais été interrogé par l’ICAC dans le méga-scandale politico-financier MCB/NPF de 2003.