Fin de cavale en Italie hier pour Nandanee Soornack, recherchée par le Central CID dans le cadre de la double enquête sur le Cover Up du campement de Roches-Noires dans la nuit du 2 au 3 juillet 2011 et la Navin Coffers’ Saga avec Rs 224 millions, dont Rs 119 millions, saisies. Comme annoncé en primeur sur le site internet du Mauricien hier après-midi, l’ancienne patronne d’Airway Coffee au Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport a été arrêtée par les autorités italiennes sur la base d’un mandat d’arrêt international émis sur une motion du Directeur des Poursuites publiques.
Avec la confirmation de l’arrestation de Madam Ou Kone Ki Mwa à 18 h 05, selon des sources officielles aux Casernes centrales, les procédures ont été engagées en vue de son extradition à Maurice dans les meilleurs délais possibles. Mais à ce matin, aucune date précise n’a été évoquée vu que les échanges entre le bureau du DPP et les services du Procureur général en Italie ne devraient intervenir qu’à la mi-journée.
Dans les milieux officiels, l’on ne prévoit pas de grosses difficultés pour l’étape de l’extradition même en l’absence d’un traité formel. « Le cadre de la Legal Mutual Assistance entre Maurice et l’Italie devrait suffire pour mener à bien cette mission délicate », fait-on comprendre. Déjà, il est question que deux officiers du Central CID fassent le déplacement en Italie une fois le feu vert obtenu pour raccompagner Nandanee Soornack, voyageant en classe économique sous escorte policière, au lieu du traitement VVIP auquel elle avait pris goût.
Il faudra cependant compter sur la possibilité d’une bataille légale devant les instances appropriées avec les conseils légaux de Nandanee Soornack contestant l’ordre d’extradition.
Dans l’entourage des hommes de loi de Nandanee Soornack, l’on regrette le fait qu’elle n’avait pris l’avantage d’une fenêtre d’immunité au mandat d’arrêt pour aller trouver refuge à Londres avec une meilleure chance de résister cette demande d’extradition. A cet effet, ils citent le cas de Teeren Appasamy, accusé de détournements de fonds de plus de Rs 800 millions au détriment de la MCB et qui a combattu avec succès l’ordre d’extradition.
Lors de son arrestation, Nandanee Soornack aurait plaidé le fait qu’elle a sous sa charge sa benjamine, Xara Chandra. Mais les Carabiniers italiens n’ont voulu entendre. La fillette a été placée sous la garde de sa tante maternelle, la soeur de Nandanee Soornack, avec celle-ci placée en détention policière.
Trois mandats d’arrêt ont été émis à l’encontre de l’ancienne patronne d’Airway Coffee, dont deux de blanchiment de fonds, dont un montant de Rs 100 millions, représentant des commissions présumées versées par Dufry AG, une société installée à Berne en Suisse, dans le cadre du contrat de gestion et d’approvisionnement des boutiques de la Mauritius Duty Free Paradise Ltd à Maurice et à Rodrigues, de même qu’une somme de Rs 30 millions pour l’acquisition d’un appartement dans le complexe Diplomatic Gardens à Floréal. Elle est également accusée de complot dans le Cover-Up des incidents dans le bungalow de Roches-Noires en présence de Navin Ramgoolam dans la nuit du 2 au 3 juillet 2011.
Affaire à suivre.