Avec le démantèlement du gang d’assaillants d’Henrietta et l’arrestation de quatre suspects, les limiers de la CID de Vacoas mettent actuellement les bouchées doubles pour élucider les circonstances du meurtre de René Grandcourt, 76 ans. Ce dernier, habitant Stanley, Rose-Hill, avait été porté disparu depuis le 23 juin dernier alors qu’il était allé rendre visite à sa fille. Les restes carbonisés de René Grandcourt ont été découverts dans des brûlis d’un champ de cannes à Magenta le jeudi 25 juillet. Cette enquête a été relancée avec la confirmation du Modus Operandi du gang d’Henrietta, qui avait menacé de brûler vif le receveur d’autobus Asraf Goolamhossen, 43 ans, qui avait été kidnappé en début de soirée samedi dernier devant Mannick Shop le long de la route d’Henrietta.
Les soupçons entretenus par les enquêteurs de la CID de Vacoas quant à l’implication directe des membres de ce gang dans l’immolation du septuagénaire vers la fin de juin dernier ont connu un début de confirmation. Des recoupements d’informations effectués par Le Mauricien de sources policières autorisées confirment qu’un des plus jeunes suspects, Selven Valliamah, 20 ans, habitant Cité-Providence, Quartier-Militaire, est passé aux aveux sur ce meurtre jeudi.
Ce suspect, qui entretient des relations extraconjugales avec celle qui est en passe d’être connue comme la Bandit Queen d’Henrietta, a fourni aux limiers de la police des indices de nature cruciale pour résoudre l’énigme de la disparition de René Grandcourt. À cet effet, ses confessions ont été enregistrées sur vidéo dans les locaux de la Major Crime Investigation Team (MCIT) jeudi après-midi.
Les responsables de l’enquête se disent satisfaits des éléments avoués par Selven Valliamah lors de cet exercice se déroulant sous haute sécurité. Jusqu’à hier, très peu d’informations avaient transpiré de cette séance d’interrogatoire sous caméra vu que le Questioning des trois autres suspects n’avait pas encore été programmé. Ils se disent confiants que leurs des prochaines confrontations, ces trois autres suspects auront de sérieuses difficultés pour continuer à nier les faits retenus contre eux. À la fin de la semaine, les membres du gang d’Henrietta ont été inculpés provisoirement du kidnapping du receveur d’autobus et de l’agression d’un ressortissant chinois sur le chantier de Sino-Hydro à Mare-Longue suite à un vol de diesel.
Selven Valliamah aurait expliqué aux membres de la CID de Vacoas comment René Grandcourt avait été maîtrisé par la bande avant d’être agressé physiquement. La victime fut ensuite immolée et le 25 juillet dernier, soit presque un mois après sa disparition, ses deux tibias et ses restes carbonisés avaient été recouvrés dans un champ de cannes à Magenta. Sa montre de la marque Seiko avait également été récupérée sur les lieux, permettant une identification par les proches de la victime. Ce scénario est presque similaire aux menaces proférées à l’encontre du receveur de bus « nou pou bril twa si to fami pa donne sa kas-là (Rs 10 000) » lors du kidnapping de samedi dernier.
La reconstitution des faits dans le champ de cannes à Magenta n’est pas prévue même si les enquêteurs sont en présence des aveux d’un des quatre suspects. Ils s’attendent à des développements dans ce cas de meurtre atroce avec principalement l’interrogatoire de Devi Lutchmun, la veuve d’un sergent de police. Par ailleurs, Selven Valliamah aurait également donné des indications sur d’autres cas d’agression et de cambriolage commis par le gang d’Henrietta au cours de ces derniers mois.
Pour l’instant, la CID de Vacoas compte se concentrer sur le dossier du meurtre de René Grandcourt car deux des cas attribués à cette bande d’assaillants ont été résolus. Ainsi, jeudi, Asraf Goolamhossen a participé à une reconstruction depuis son enlèvement devant la Mannick Shop le long de la route principale à Henrietta jusqu’à Bord Cascades où il a été dépouillé de ses vêtements et agressé physiquement.
Ming Gan Zhou, 32 ans, le ressortissant chinois agressé dans la nuit de lundi à mardi sur le chantier de Sino-Hydro, a également procédé à l’identification formelle des quatre suspects, qui ont dû abandonner le 4 x 4 immatriculé FL 75. En voulant prendre la fuite après avoir commis leur forfait, les bandits eurent la désagréable surprise de voir leur véhicule heurter de plein fouet un arbre. Ils avaient dû abandonner le véhicule, qui est par la suite devenu le dénominateur commun pour lier les quatre suspects dans cette enquête policière avec des rebondissements annoncés.