L’enquête sur les cambriolages en série attribués au gang des encagoulés se focalise depuis hier sur un lieu de repérage à Highlands, soit une rivière située à une dizaine de mètres de la luxueuse maison ayant été la cible d’un vol vendredi dernier. Deux emballages de nourriture, fort probablement laissés par ces hommes en tenue militaire et armés de revolvers, ont été relevés sur place et envoyés au Forensic Science Laboratory. En attendant les conclusions de ces analyses ADN, deux nouveaux cambriolages ont été rapportés à la police entre samedi et hier soir et ressemblent étrangement au mode opératoire de cette bande de malfrats.
Les sources policières approchées indiquent que les indices sur ce présumé lieu de repérage à Highlands sont susceptibles de déboucher sur des résultats probants à la suite des analyses ADN, surtout si les membres de ce gang sont des récidivistes notoires. Toutefois, les conclusions du Forensic Science Laboratory ne devraient intervenir que dans deux ou trois jours. La découverte, près d’une rivière située à environ dix mètres de la maison cambriolée vendredi soir, a été faite hier matin par les limiers de la Criminal Investigation Division de Phoenix au cours d’une battue en vue de relever les indices. Deux emballages de nourriture, qui semblent avoir été laissés sur place récemment, devaient interpeller les enquêteurs.
Sur la base de ces éléments, présentés comme étant les premières “erreurs” commises par le gang, les enquêteurs étudient la thèse selon laquelle les alentours de cette rivière ont été choisis comme lieu de repérage par les bandits. De cet endroit, indique-t-on, ils auraient pu surveiller les déplacements de la famille vivant dans la maison luxueuse prise pour cible vendredi soir, avec de l’argent et des bijoux emportés. Deux hommes armés de revolvers  avaient pénétré par effraction cette demeure peu après le départ des occupants, partis chez des proches dans la région de Beau-Bassin.
Opération “Iron Rod”
Alors que des efforts sont conjugués pour élucider le cambriolage de Highlands et celui commis vers la fin d’octobre dans une luxueuse maison à Grand-Baie, avec les propriétaires ligotés et un butin d’une valeur de Rs 2 millions emporté, deux nouveaux cas de vol pourraient être attribués au gang des encagoulés. Samedi, une maison située dans un morcellement chic de la région de Moka a été visitée par des bandits en l’absence des propriétaires. Pour l’essentiel, des bijoux ont été emportés. Le préjudice est estimé à Rs 1,5 million. Selon les enquêteurs, le mode opératoire était le même : les bandits auraient détourné l’attention des chiens de garde avec plusieurs boîtes de sardines, comme pour le forfait commis vendredi dernier.
Le dernier vol est survenu hier soir aux alentours de 21 h dans le morcellement Beau-Climat à Amaury. Une Human Ressource Officer de la BAI, âgée de 34 ans, se trouvait à son domicile avec son enfant d’un an quand deux hommes encagoulés devaient y faire irruption. Ils ont ligoté la propriétaire avant de faire main basse sur plusieurs bijoux dont certains sertis de diamants. Une fois le forfait commis, les deux hommes ont pris la fuite à bord de la voiture de la femme, une Peugeot de couleur blanche. Dès hier soir, les responsables de la division Nord ont enclenché une importante opération, baptisée Iron Rod, mais aucune trace des individus et de la voiture n’a pu être relevée jusqu’ici. Les premiers éléments de l’enquête au niveau de la CID de la Northern Division devraient permettre de confirmer s’il s’agit d’un nouveau coup du gang des encagoulés ou non.
D’autre part, le déploiement de la police sur le terrain s’intensifie depuis un certain temps en vue de remonter la piste de cette bande de voleurs. Outre les contrôles routiers de la Special Mobile Force et des secteurs placés sous haute surveillance, les éléments du Groupement d’Intervention de la Police Mauricienne (GIPM) pourraient bien intervenir dans les opérations montées en vue d’appréhender les membres du gang. C’est ce qui ressort des éléments d’informations recueillis après des sources proches du plus haut niveau de la force policière.