Le récidiviste Liu Yuk Chong Liu Lin Sive, alias Sekev, 50 ans, habitant Cité Vallijee, en détention policière à La Tour Koenig depuis la semaine dernière dans le cadre du démantèlement du gang des encagoulés, est décédé dans la soirée d’hier après avoir été retrouvé inconscient dans sa cellule. Les premières indications tendent à confirmer que le suspect s’est donné la mort par pendaison, peu après la ronde policière de 21 heures, en ayant recours au tissu de son matelas. L’autopsie pratiquée dans la matinée par le Chief Police Medical Officer, le Dr Sudesh Kumar Gungadin, a d’ailleurs accrédité la thèse du suicide en attribuant la mort à des suites d’une asphyxie due à la pendaison.
D’après la chronologie de la soirée d’hier au poste de police de La Tour Koenig, vers 21 heures, un des officiers devait comme d’habitude effectuer sa ronde. Le suspect Liu Yuk Chong Liu Lin Sive, en détention depuis le mercredi 20 novembre dans ce poste de police, se trouvait alors seul dans une cellule. Le Sentry n’a trouvé rien d’anormal à signaler à l’issue de sa tournée. Toutefois, quinze minutes après, soit à 21 h 15, les policiers assurant le deuxième shift devaient entendre un bruit suspect provenant des cellules. Un des officiers arrivant en premier sur les lieux à découvert Sekev suspendu à une corde dans sa cellule, se débattant. Le policier a détaché le suspect avant d’essayer de le réanimer. Mais le récidiviste est demeuré inconscient. La décision a alors été prise de le transporter d’urgence à l’hôpital Jeetoo en vue des premiers secours. Mais en cours de route, Sekev s’est mis à vomir, puis a rendu l’âme. Les médecins assurant le service de nuit dans ce centre hospitalier ne pouvaient que certifier la mort du quinquagénaire.
Les premiers éléments de l’enquête sur la mort de ce suspect en détention, initiée par la Criminal Investigation Division de Port-Louis Sud, indiquent qu’il a utilisé le tissu de son matelas en vue de fabriquer une corde, qu’il aurait attaché à un barreau de sa cellule afin de se pendre. En vue d’établir les circonstances exactes de ce cas de suicide, les officiers assurant le second shift au poste de police de La Tour Koenig hier soir ont été entendus par les enquêteurs de la CID. Toutefois, à ce stade, les sources policières approchées avancent qu’une négligence de la part des officiers est écartée compte tenu du court laps de temps entre l’heure de la ronde et l’heure à laquelle le drame s’est déroulé. Tout porte à croire, selon ces mêmes sources, que Liu Yuk Chong Liu Lin Sive aurait bien planifié son coup et aurait étudié minutieusement les heures des rondes depuis une semaine. Cependant, dans les milieux des enquêteurs, l’on se dit surpris par cet acte de Sekev car ce dernier est présenté comme étant un « coriace ».
Arrêté dans un premier temps lors de l’opération « Black Cobra » la semaine dernière, montée spécialement en vue de mettre hors d’état de nuire le gang des encagoulés, Sekev a été relâché le même jour. Cependant, il a de nouveau été appréhendé par la suite au vu des éléments recueillis contre lui par la police. En effet, les enquêteurs de Trou-aux-Biches avaient de sérieux soupçons quant à son implication dans un cas de vol avec agression commis à Mon-Choisy vers la mi-janvier. D’ailleurs, après son arrestation, Sekev a été identifié formellement et positivement par la victime comme étant un des assaillants. Pour ce cambriolage, trois bandits avaient pris pour cible le directeur d’une compagnie et son épouse, âgée de 38 ans, à l’intérieur de leur résidence. Les cambrioleurs, portant cagoules et treillis, étaient aussi armés de sabres. Les bandits, après avoir ligoté et bâillonné le mari et la femme avec du ruban adhésif, ont fait main basse sur une importante somme d’argent se trouvant dans un meuble. Des bijoux de valeur et des téléphones cellulaires ont été également emportés. Les trois agresseurs se sont enfuis à bord de la voiture de la victime, une Audi. La valeur du butin s’élèverait à Rs 3,7 millions