Des escouades spéciales, comprenant des éléments de la CID et de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU), sont passées à l’action de manière coordonnée dans différentes régions urbaines dans la nuit d’hier à ce matin dans le cadre d’une opération coup de poing contre le gang des encagoulés. Un premier bilan provisoire établi ce matin, soit avant le début des séances d’interrogatoire, fait état de huit suspects placés en état d’arrestation et de la saisie, lors de ces descentes des lieux, de blousons s’apparentant à ceux utilisés par les bandits, de boggies, de cagoules, de même que des « outils » utilisés. Par ailleurs, un habitant de Flic-en-Flac, dans le collimateur de la police depuis la semaine dernière, est également entendu par les enquêteurs de police quant à son rôle en tant que cerveau présumé du gang des encagoulés. Quatre des huit suspects sont entendus depuis ce matin au QG de l’ADSU aux Casernes centrales.
Un examen minutieux des enregistrements de caméras de surveillance lors du cambriolage de Highlands a confirmé des pistes en vue de remonter à ce gang semant la terreur dans différentes régions de l’île. Les recoupements d’informations effectués par Le Mauricien de sources concordantes confirment que depuis la fin de la semaine dernière, les responsables de cette enquête policière étaient en présence de « Concluding Evidence » quant à l’identité de certains des bandits présumés, dont un habitant de Flic-en-Flac jouant un rôle prépondérant au sein de ce groupe.
Après un dernier exercice d’Intelligence Gathering sur le terrain durant le week-end, une importante opération policière sous la supervision directe du commissaire de police par intérim, Ravine Sooroojebally, a été montée hier après-midi avec la constitution de plusieurs escouades policières et des éléments venant des rangs de l’ADSU, du Central et du CID local. Le coup d’envoi des descentes policières avait été donné aux petites heures du matin avec le concours des éléments du Groupement d’Intervention de la police mauricienne (GIPM), ceux de la Special Support Unit, d’une escouade de commandos de la National Coast Guard (NCG), des hommes de la Field Intelligence Office et de la Dog Unit.
Les informations disponibles sont que les opérations policières se sont déroulées de manière simultanée à Cité-Vallijee, La Tour-Koenig, Trèfles, Stanley et Flic-en-Flac. Huit suspects ont été interpellés et placés en détention pour des besoins d’enquête. Certains d’entre eux pourraient être remis en liberté sans aucune condition après interrogatoire. Mais quatre d’entre eux ont été conduits dans les locaux de l’ADSU aux Casernes centrales vu les forts soupçons pesant sur eux.
Une arrestation a été effectuée dans la région de Flic-en-Flac où le prévenu est présenté comme « enn ganian de Rs 33 millions », un dénommé F. M. Les enquêteurs de police comptent l’interroger sur ses connexions avec des membres du gang. Il aurait financé l’achat de motocyclettes de grosse cylindrée à l’intention des malfaiteurs.
En cours de matinée, la police faisait preuve de prudence par rapport à l’identité des suspects même si des premiers noms circulaient déjà. Aucune surprise, la majorité de ceux interpellés sont déjà fichés à la police sur le plan criminel. D’autre part, la police a également saisi au moins cinq blousons du même type que ceux utilisés par des cambrioleurs enregistrés sur bande au domicile d’un habitant de Highlands de même que des paires de boggies, des cagoules et des « outils » utilisés lors des cambriolages.
Selon les indications disponibles, les boggies saisis feront l’objet d’analyses par les experts du Forensic Science Laboratory vu que dans certains cambriolages commis par le gang des encagoulés des empreintes de chaussures ont été relevées sur les lieux par la police. Les retombées de ces examens devraient contribuer à une notable progression de l’enquête policière. Toujours dans la matinée, les enquêteurs procédaient à un inventaire complet des autres articles saisis lors de ces opérations d’envergure dans différentes régions : argent, bijoux, bouteilles de boissons alcoolisées, entre autres.
Les derniers recoupements effectués à la mi-journée tendent à confirmer que d’autres opérations pourraient être montées dans le courant de l’après-midi ou même dans la soirée, selon les conclusions des séances d’interrogatoires des suspects interpellés à ce stade. Aucune comparution en Cour n’était prévue aujourd’hui au vu de l’étendue de l’investigation.
L’enquête se poursuit.