Accusés d’avoir perpétré un vol avec violence samedi dernier chez un couple des trentenaires à Goodlands, quatre agresseurs présumés et la commanditaire Samantha Far ont, après leur comparution en Cour de District de Mapou hier, été reconduits en cellule policière.
Le présumé cerveau, Cédric Jaune, 24 ans, Patrice Kandahoo 45 ans, habitant Le Hochet, Terre-Rouge, Rudy Hurry (33 ans) de Roche-Bois, et la commanditaire présumée Samantha Far ont été arrêtés lundi par la Field Intelligence Unit (FIU) de la Northern Division. Leur arrestation faisait suite à l’interpellation d’un dénommé Denis Warren pour possession d’objets volés, à savoir un Samsung Galaxy S5 mini. Lors de son interrogatoire, il a livré les noms des trois suspects. Arrêté à son domicile lundi, Patrice Kandahoo, maçon de profession, devait à son tour donner des informations cruciales sur le déroulement du vol. Il a expliqué qu’il a été approché par Cédric Jaune qui l’a pris comme complice en raison de ses antécédents. Arrêté à son tour, Cedric Jaune a balancé aux Sergents Ramasawmy et Krisna Naïr le nom de ses complices et a détaillé le plan concocté pour dérober le couple.
Selon le cerveau présumé, c’est par le truchement de Samantha Far que tout a commencé. Cette dernière est la voisine du couple cambriolé. Ayant besoin de Rs 50 000, elle aurait échafaudé ce plan car elle pensait que son voisin, propriétaire d’un autobus, conservait une forte somme d’argent dans un coffre-fort.
C’est ainsi que vers 21 h, les malfrats ont attendu l’arrivée du couple, sorti plus tôt faire un tour dans un tout-terrain qu’il venait d’acquérir. C’est au moment où le propriétaire des lieux entrait dans sa maison que les voleurs s’en sont violemment pris à lui. Son épouse avait plus tôt regagné l’intérieur de la maison avec leur fils en bas âge. La femme était dans la salle de bain avec son fils lorsqu’elle a entendu des cris de son époux. Comprenant que quelque chose d’anormal se tramait, elle est sortie, laissant l’enfant seul dans la salle de bain.
Impuissante devant les coups reçus par son époux, et elle-même sous la menace d’un cutter, elle a néanmoins eu la présence d’esprit d’implorer ses agresseurs de laisser son fils jouer dans la salle de bains pour ne pas le traumatiser. Demande à laquelle les agresseurs encagoulés ont agréé.
Les assaillants ont par la suite fait main basse sur plusieurs bijoux dont une somme de Rs 20 000 ainsi que deux Samsung Galaxy S 5 mini. Le téléphone a pu être récupéré, l’épouse ayant positivement identifié son bien. Ils se sont ensuite enfuis à bord du véhicule du propriétaire, lequel a été retrouvé dans un terrain en friche.
Vivement traumatisé, l’époux a dû recevoir des soins à l’hôpital après avoir reçu des coups sur la tête.
Les suspects comparaîtront à nouveau en Cour dans six jours, le 7 avril.