Sur les pistes de trail, ce coureur aguerri et champion de certaines courses se mesure aux plus grands sans complexe. Jean Will Smith, athlète, gardien de nuit et jardinier à temps partiel, connaît le goût de l’effort et la satisfaction du travail bien fait. Originaire de Rodrigues, ce sportif n’a jamais cessé d’améliorer ses performances malgré un emploi du temps très chargé.

7h. Alors que d’autres débutent leur journée, Jean Will Smith, lui, range son uniforme de gardien de nuit pour enfiler ses survêtements. Chaque jour, c’est pratiquement la même routine pour ce grand passionné de courses. Après avoir travaillé de 16h à 7h le lendemain matin, il trouve encore les ressources pour courir ou pédaler.

Quelques heures plus tard, il ne retrouve pas pour autant son lit. Car durant la journée, ce natif de Rodrigues, âgé de 37 ans, se met dans la peau d’un jardinier à temps partiel. En moyenne, il ne s’accorde qu’un repos de deux à trois heures par jour. Il est conscient que “ce n’est pas suffisant, surtout quand on pratique assidûment un sport. Souvent, les gens me disent que j’ai du courage, surtout quand je participe à une course directement après une nuit de garde sans avoir eu le temps de prendre un petit-déjeuner. Dieu seul sait comment j’arrive à supporter une telle cadence, me mo bizin trase ek mo pe reisi fer li”.

Crédit Photo Xavier König

“Travay pa fer mwa per”

Pour Jean Will Smith, rien n’est insurmontable devant tous les bienfaits que le trail lui procure. “J’étais un enfant maladif avec des problèmes d’asthme. Ce n’est qu’à l’âge de 15 ans que je ne suis mis à faire un peu de cross. C’est grâce au sport que j’ai retrouvé une bonne santé. Et j’aime me retrouver en pleine nature.” D’ailleurs, il ne le considère pas le trail comme un sport mais comme “un moment de rencontre en famille”. Son palmarès le conforte dans l’idée que “les sacrifices, souvent aux dépens de ma femme et de mon fils, ajoutés à mon mental de battant, ont fini par donner de bons résultats”. Malgré son titre de champion de la league trail de Maurice, décroché en 2011, à peine un an après avoir débuté dans cette discipline, cet habitant de St-Martin a encore du mal à réaliser qu’il côtoie des coureurs professionnels et se place régulièrement sur les podiums.

Si le trail demeure son moteur de vie, c’est surtout parce que Jean Will a pu voyager et vivre des expériences qu’il pensait ne jamais connaître. Parmi ses meilleurs souvenirs, sa participation au Grand Raid de La Réunion en 2013, où il a couru, à ce jour, sa plus longue distance, 174 km. “On en perd presque la tête. C’était très dur et j’en ai bavé. Mais une fois la ligne d’arrivée franchie, je n’ai gardé que le meilleur. Cela demeure l’une de mes plus grandes fiertés.”

Chaque matin, et encore plus ces dernières semaines, Jean Will Smith se donne à fond dans ses séances d’entraînement. Il se prépare à participer à la “Diagonale des fous” à La Réunion, le 18 octobre. Grâce aux précieux conseils de son coach, Yannick Lincoln, le coureur se sent d’attaque. “Peu importe le résultat, le plus important dans la vie est de savoir repousser ses limites et de croire en soi.”

Un état d’esprit que ce traileur se fait un devoir de mettre en pratique hors des sentiers de course, car “travay pa fer mwa per”. Il n’a pas hésité à partir de son île natale lorsqu’il a compris que son métier de pêcheur ne pouvait plus lui assurer un avenir.

Profiter de la vie

Cela fait dix ans et demi qu’il s’est installé à Maurice et qu’il a pris de l’emploi comme gardien de nuit au sein du groupe Médine. “Pou dimounn, li kapav paret enn travay dir, me se mo gagn-pin ki permet mwa fer lezot zafer a kote.”

L’infatigable Mr Smith doit certainement avoir une potion magique. En plus de cumuler ses deux boulots et de consacrer une bonne partie de son temps à la pratique du trail, il s’est aussi laissé convaincre de s’essayer au VTT et au cyclisme. “Je ne me considère pas comme un surhumain. Disons que je profite de la vie et que j’exploite mes différentes aptitudes pour ne pas avoir de regrets plus tard à me dire que j’aurais pu ou dû faire ça.”

Dans le viseur de Jean Will Smith, encore plus de courses et de plus longues distances, comme l’ITMB Trail, prévu en France en 2019. Mais aussi deux autres projets qui lui tiennent vraiment à cœur. “Pouvoir installer ma femme et mon fils dans notre nouvelle demeure l’année prochaine et vivre totalement du sport ou trouver un autre boulot qui me permettrait d’être coach afin de partager mon expérience avec la nouvelle génération”.
Et si on lui offrait quelques heures supplémentaires en plus des 24 heures d’une journée, Jean Will Smith nous avoue sans hésitation qu’il se trouvera “d’autres nouvelles passions et occupations” au lieu de se reposer. “C’est dans l’effort que je me sens bien.”


Bio express

Situation familiale : Marié à Kavita et père de Shaun, 7 ans.
Âge : 37 ans.
Profession : Gardien de nuit et jardinier.
Plus grande frayeur : Perdre sa passion pour le sport.
Plat préféré : Aucun en particulier.
Film ou série ? : Peu importe. Je préfère être dans la nature plutôt que devant la télé.
Chanteur préféré : J’écoute de tout.

Temps forts

Royal Raid : 4e en 2015, 3e en 2014, 1er en 2011.
Dodo Trail : 4e place dans le classement général (premier Mauricien) en 2015.
Trail de Bourbon (Réunion) : 18e en 2013.
Ubaye Trail Salomon (42 km dans les Alpes en France) : 26e place sur 300 participants en 2011.
Salomon Climbers Trophy : 2e en 2010.