Le ministre de l’Industrie et du Commerce a fait ressortir que l’État a subventionné environ Rs 3,2 milliards pour le gaz ménager de 2005 à 2011. Or, a souligné Cader Sayed-Hossen, certaines personnes – des propriétaires de véhicules roulant au gaz et certains restaurants – « détournent » pour plus de Rs 200 millions de cette somme injectée. « C’est illégal et immoral ! » Il intervenait hier à Ébène lors du lancement de la campagne de sensibilisation « Gaz pa enn badinaz », par Shell et Total, deux entreprises importatrices de ce produit à Maurice.
« Le transfert du gaz ménager d’une bonbonne de 12 kg à une voiture est extrêmement dangereux. Certains le font dans des garages, d’autres à la maison, mettant en danger leurs familles et d’autres personnes. D’autres installent carrément la bonbonne de 12 kg dans le coffre de leurs voitures… C’est de l’irresponsabilité », a lancé le ministre de l’Industrie et du Commerce. D’où la décision du gouvernement de sévir contre cette pratique. Des règlements seront bientôt institués.
Cader Sayed-Hossen a aussi dénoncé certains restaurateurs qui installent plusieurs bonbonnes de 12 kg, constituant ainsi un stock de 144 kg de gaz dans leurs cuisines. « C’est une pratique illégale ! C’est la raison pour laquelle des fois on fait face à une pénurie de gaz ménager dans certains endroits. Dans ce cas également, le gouvernement introduira des règlements pour contrôler la vente du gaz autre qu’à des fins domestiques », a affirmé le ministre. Dans les deux situations, il suffit d’un accident « pou trouve ki kantite danzere sa kapav ete ».
Le CEO de Shell (Mauritius) Kiran Juwaheer a quant à lui indiqué que le gaz ménager a pénétré plus de 97 % des cuisines mauriciennes et 55 % de nos salles de bain. De plus, ce produit est utilisé dans divers secteurs comme le textile, l’agro-industrie, l’hôtellerie, la restauration et l’industrie automobile.
« C’est très bien d’autant plus que le monde devient de plus en plus conscient de son environnement. Cependant si on n’utilise pas le gaz convenablement, il peut causer des accidents et des dégâts considérables, comme toutes les autres formes d’énergie », a souligné Kiran Juwaheer. Et de préciser : « À travers la campagne “Gaz pa enn badinaz”, la population sera sensibilisée sur les précautions de base à prendre lors de l’utilisation de ce produit à des fins domestiques et automobiles. »
Le directeur général de Total (Mauritius) François de Charnacé a, pour sa part, souligné que les accidents étaient généralement dûs à une mauvaise utilisation du gaz ou une mauvaise connaissance des risques. Parmi figurent : l’utilisation du gaz dans des appartements en étage mal ventilés, des équipements de cuisson ou de chauffage de mauvaise qualité, des standards d’installations non professionnels et dangereux et la méconnaissance de la durée de vie des flexibles et des détendeurs. Sans oublier le phénomène nouveau et inquiétant qui est le « decanting » des bonbonnes de gaz dans les tanks des véhicules.
C’est ce constat qui a amené Shell et Total à faire de la prévention et à lancer une campagne de sensibilisation à l’intention des usagers du gaz ménager. Cette campagne, initiée dans les médias et à travers des livrets pour adultes et enfants, vise à améliorer la sécurité dans les foyers mauriciens.