Le Baromètre 2013 de la SADC sur le genre et le développement de Gender Link, rendu public la semaine dernière, félicite Maurice pour le progrès accompli dans la représentativité des femmes aux élections municipales et villageoises de l’année dernière. Ce cinquième baromètre détaille les reculs (“cartons rouges”) et les progrès (“ feux verts”) des 15 pays membres de la Communauté de développement d’Afrique australe (Southern African Development Community – SADC), dont Maurice, sous 11 thèmes par rapport à l’égalité des genres et l’autonomisation des femmes. Gender Link est une organisation régionale, basée en Afrique du Sud, oeuvrant pour l’égalité des genres et l’autonomisation des femmes.
« Maurice a marqué un but en faveur de l’égalité du genre avec une augmentation quadruplée des femmes au sein de ses collectivités locales à 26 % lors des élections de décembre 2012 », peut-on lire sous le thème « Gouvernance » dans le résumé exécutif du Baromètre 2013 de la SADC sur le genre et le développement de Gender Link.
Outre la « Gouvernance », les 10 autres thèmes du baromètre sont notamment : les Droits constitutionnels et légaux, l’Éducation, l’Économie, la Violence Basée sur le Genre, la Santé, le VIH/sida, la Résolution des conflits et processus de paix, les Médias, l’Application et le Changement climatique.
Sous le thème « Droits constitutionnels et légaux », on précise que Maurice a amendé sa Constitution pour introduire les quotas pour les femmes lors des élections locales qui se sont tenues l’an dernier. « Cet amendement a ouvert la porte à une possible signature du Protocole de la SADC sur le Genre et le Développement pour Maurice », commentent les rédacteurs du rapport. Notons que le Botswana et Maurice n’ont toujours pas signé le Protocole de la SADC sur le Genre et le Développement.
Si les rédacteurs du rapport se désolent que l’avortement, le travail sexuel, le viol marital et l’orientation sexuelle ne figurent toujours pas dans le Protocole de la SADC sur le Genre et le Développement, ils se félicitent que les leaders au Malawi et à Maurice ont fait des déclarations « progressistes » sur les droits des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres (LGBT).
En matière de gouvernance, toujours, le baromètre indique toutefois que Maurice arrive dernier avec seulement 8 % de femmes ministres. L’Afrique du Sud a eu le pourcentage le plus élevé de femmes ministres avec 41 %.
Sous le thème de l’Éducation, le baromètre précise que six pays de la région, dont Maurice, ont des pourcentages plus élevés de femmes au niveau universitaire. Il se félicite qu’au moins la moitié des 15 pays de la SADC ont atteint les objectifs de l’égalité du genre aux trois niveaux — primaire, secondaire et universitaire.
Au chapitre de la « Justice économique » le rapport s’inquiète « des pourcentages légèrement plus élevés en ce qui correspond à la démographie » à Maurice. Il déplore que les femmes et les hommes « ne bénéficient pas de façon équitable au boom économique que connaissent plusieurs pays de l’Afrique australe », bien que le pourcentage de femmes à des postes de décisions économiques a augmenté par 8 %, de 18 % en 2009 à 26 % en 2013.
Dans son analyse de la « Violence basée sur le genre », le baromètre s’inquiète de la prévalence du niveau de maltraitance envers les femmes à Maurice (24 %). Il précise que des cadres légaux solides existent dans la plupart des pays de la SADC mais les défis tournent autour de l’application effective des lois et des politiques.
Si le baromètre se félicite par ailleurs que 12 pays ont des services spécialisés, accessibles et abordables, incluant l’aide légale, aux survivants de VBG, il indique que la réalité est que les fournisseurs de services n’ont pas suffisamment de ressources et ont des capacités limitées à respecter leurs mandats.
En matière de santé reproductive, Maurice, selon le baromètre, a le taux le plus élevé d’utilisation de la contraception de la région, soit 75 %. Toutes les naissances (100 %) sont assistées par du personnel qualifié à Maurice et aux Seychelles
D’autre part, Maurice est parmi les seuls quatre des 15 pays de la SADC qui font mention de l’implication des hommes dans les campagnes de santé sexuelle et reproductive.
Touchant à la lutte contre le VIH/sida, le rapport affirme dans cinq pays (dont Maurice), la couverture du traitement d’antirétroviraux pour prévenir la transmission du VIH de la mère à l’enfant est supérieure à 80 %.
En ce qui concerne la paix et la sécurité, le baromètre déplore que les pourcentages de femmes au sein des forces armées sont faibles. « Le poids des conflits est disproportionné pour les femmes car ce sont elles qui paient le prix fort et pourtant, elles sont les grandes absentes des processus de paix et des prises de décisions », se désolent les rédacteurs.
Sous le thème « Médias », le baromètre note qu’il y a des preuves indiquant que les entreprises de presse commencent à considérer l’intégration du genre avec sérieux avec 47 entreprises de presse représentant 90 salles de rédaction ayant des politiques du genre. « Les femmes constituent 41 % des employés des entreprises de presse (32 % si l’on exclut l’Afrique du Sud) mais représentent moins d’un quart des managers et seulement une poignée des directeurs de conseils d’administration et de hauts cadres », fustigent toutefois les rédacteurs. Ils ajoutent qu’il y a plus d’étudiantes en journalisme mais plus d’hommes chargés de cours en la matière.
Sous le chapitre « Changement climatique », le rapport indique que Maurice a la moyenne en termes de représentation des femmes siégeant dans les instances de décisions à propos du
changement climatique et du développement durable. « En Afrique australe, les pauvres dont la plupart sont des femmes, seront plus sévèrement frappées par l’impact du changement climatique. Les femmes ne sont représentées qu’à 20 % dans les instances de décisions des ministères où l’on est concerné par le changement climatique et le développement durable », affirment les rédacteurs.