Women in Politics (WIP) a rencontré samedi dernier à la municipalité de Quatre-Bornes les femmes ayant participé aux dernières élections villageoises et municipales pour une session de débriefing. Elles avaient participé au préalable à la formation sur deux journées organisées par WIP. Cette organisation s’est par ailleurs félicité d’avoir remporté le premier prix de la SADC Gender Protocol Summit and Awards, qui s’est tenue du 22 au 24 avril dernier à Johannesbourg, Afrique du Sud, dans la catégorie « Constitutional and Legal Rights and Governance ».
Les femmes venant des quatre coins de l’île ont fait le déplacement le samedi 26 mai à la salle des fêtes de la municipalité de Quatre-Bornes afin de partager leurs expériences en tant que candidates ou agents durant la dernière campagne politique. Elles ont également relaté comment la formation leur a permis de prendre confiance en elles et d’affronter les challenges. Mener campagne suscite beaucoup d’émotions et le découragement peut très vite prendre le pas. Mais comme l’a souligné la présidente de WIP, Nushrat Gunnoo, il est important de se mettre une armure psychologique afin d’avancer. Toujours selon elle : « La politique est exigeante et ne peut se faire correctement que si les femmes sont soutenues dans leurs efforts par les membres proches de leur famille. » Les candidates ont également lancé un appel aux femmes afin qu’il y ait plus de solidarité entre elles. Les pistes d’amélioration ont également été évoquées afin de rendre la formation plus effective.
Étaient également présentes à cette séance de débriefing : ministre de l’Égalité des genres, du Développement de l’enfant et du Bien-être familial, Mireille Martin, la maire de Quatre-Bornes, Rooma Meetoo, et Tiana Diolle, nouvellement élue au conseil municipal de Quatre-Bornes.
Mireille Martin a fait état des actions menées par son ministère. Elle a vivement encouragé les femmes à se former et à participer davantage à l’action politique. Elle a pour projet d’aider les femmes élues en leur initiant aux codes et règlements qui régissent l’Assemblée nationale.
Rooma Meetoo a, pour sa part, mis l’accent sur la nécessité pour une candidate de bien maîtriser son manifeste électoral et sa circonscription ou son Ward afin de bien mener sa campagne électorale.
Lors de son témoignage, Tiana Diolle a, de son côté, soulevé quelques critères à prendre en considération pour mieux apprécier une campagne politique. À savoir : gérer l’état de fatigue, garder toujours en tête son objectif premier, ne jamais baisser les bras et rester soi-même.
Lors de cette séance de débriefing, WIP s’est félicité d’avoir remporté le premier prix lors de la SADC Gender Protocol Summit and Awards. Ce travail de terrain, qui a débuté en 2009, a permis de plaidoyer pour plus de femmes dans la vie politique et de militer en faveur des quotas neutres au niveau du genre. Par conséquent, les dernières élections locales ont fait grimper le nombre de représentantes féminines à 26 %. WIP a ainsi formé 360 candidates potentielles pour les élections et le grand public a été sensibilisé sur l’importance du vote à travers une campagne nationale « Nou vote sé nou lavoi ». C’est cet effort qui a été hautement récompensé lors de la SADC Gender Protocol Summit and Awards qui s’est tenue du 22 au 24 avril à Johannesbourg. WIP a ainsi remporté le premier prix de la SADC dans la catégorie « Constitutional and Legal Rights and Governance » dans le groupe Alliance qui comprenait dix projets. WIP était représentée par Megha Venketasamy. Cette année, treize pays membres sur quinze ont participé à ce sommet.
Pour ses actions futures, WIP compte faire trois choses : d’abord se concentrer sur les débats sur « la réforme électorale » et également inviter la société civile à partager son point de vue sur ce sujet. Puis, créer davantage de pression en vue d’accroître la représentation des femmes en politique en s’assurant que toutes les parties prenantes, les partis politiques, les collectivités locales, les électeurs, les médias et le grand public restent impliquer. Et enfin, former le maximum de femmes, formation qui sera lancée à partir de 2014.
Selon les dirigeants de l’organisation, la vision de WIP est d’encourager les Mauriciennes à participer pleinement au processus politique à Maurice et à être proportionnellement représentées au parlement et dans les administrations locales. WIP est strictement neutre, tant du point de vue politique que religieux.