Une campagne nationale d’information et de sensibilisation sur la National Platform of Women in Politics sera lancée tôt l’année prochaine. C’est ce qu’a décidé cette instance hier au siège du National Women Council au London Centre, Port-Louis, lors de sa quatrième réunion placée sous la présidence de la ministre de l’Égalité des genres, Mireille Martin.
« La priorité des priorités c’est une campagne nationale pour faire comprendre ce que veut entreprendre la National Platform of Women in Politics (NPWIP) pour encourager plus de femmes à s’engager en politique avec l’objectif d’avoir une parité femmes / hommes dans les instances de décisions politiques à Maurice. Cela est d’autant plus urgent que nous venons d’adopter à l’Assemblée nationale le Constitution (Amendment) Bill et le Local Government Bill, deux projets de loi allant en ce sens », a expliqué la ministre Martin en présence d’une vingtaine des membres de la NPWIP, dont le Permanent Secretary de son ministère, H.C.L. How Fok Cheung, des députées Stéphanie Anquetil, Lysie Ribot et Aurore Perraud, ainsi que des hauts cadres du ministère de l’Égalité des genres.
Dans le souci de mieux coordonner ses activités, la NPWIP, forte d’une cinquantaine de membres, a constitué une « Core Team », un comité restreint composé de huit membres, avec à sa tête M. Bali, Head de la Gender Unit du ministère des Genres.
Selon la ministre Martin, avec sa vision « Parité femme / hommes en politique », la NPWIP a trois objectifs : accroître la participation des femmes en politique, former les femmes pour qu’elles puissent s’engager en politique et introduire des lois pour permettre la participation de plus de femmes en politique.
« Parallèlement à cette campagne, nous allons aussi organiser une formation des formateurs en matière de politique. Car il ne suffit pas d’avoir seulement davantage de femmes en politique, encore faut-il qu’elles soient prêtes et qu’elles sachent non seulement le fonctionnement des institutions du pays mais aussi à quoi s’attendre lors d’un engagement en politique », a-t-elle élaboré.
Selon Mireille Martin, ces formateurs / trices formé (e) s, auront, à leur tour, à former d’autres femmes. « Nous allons faire appel à des étrangers et à des Mauriciens, car l’expérience locale est très importante », a expliqué la ministre de l’Égalité des genres . « Il faut que des femmes soient prêtes pour s’engager en politique d’ici les prochaines échéances électorales », a-t-elle déclaré. « Nous nous sommes donné comme objectif de former d’ici fin 2012 environ 300 femmes », a-t-elle précisé. « Quand je pense que cette formation sera dispensée à travers toute l’île, je ne pense pas que cet objectif soit irréaliste », a-t-elle ajouté.
Dans le cadre des préparatifs de cette campagne nationale, la plateforme a approuvé hier la conception d’une brochure explicative en créole, en français et en anglais qui sera distribuée à travers l’île.
Selon le responsable de la Gender Unit du ministère de l’Égalité des genres, M. Bali, une fois le logo de la NPWIP approuvé et la brochure approuvée, un plan d’action sera élaboré et le tout sera présenté au Conseil des ministres pour être avalisé. « Les hommes également seront sensibilisés afin qu’ils fassent de la place pour les femmes en politique. »
Quand la question de financement a été évoquée, la ministre a rassuré ceux présents de la volonté de son ministère d’apporter sa contribution. « Nous allons aussi relancer ceux qui nous ont promis leur aide », a-t-elle soutenu.
Dans un deuxième temps, a renchéri Mireille Martin, une campagne d’éducation des votants (Voters Education Campaign) sera organisée. « Ceux qui votent doivent eux aussi être éduqués quant à la pertinence d’avoir plus de femmes en politique », a expliqué la ministre.