Gérald Lincoln a décroché sa première classique en tant que propriétaire samedi avec Night In Seatlle et ne compte pas en rester là vu la passion qui l’anime depuis. Il se confie à Turf Magazine.
Son amour pour les courses hippiques lui est venu plus par le biais de ses amis et  le fait qu’il aime le social gathering. Par la suite, Gérald Lincoln s’est prêté au petit jeu et a été initié par Grégory Hart de Keating. «Grégory m’a impressionné de par son analyse et sa façon de voir les courses. C’est lui qui m’a initié avant de me convaincre de rejoindre l’écurie Rousset et aussi d’investir dans l’achat des chevaux», fait-il ressortir. «Mon premier coursier a été Albert Mooney et il fut suivi par Max Rapax. Ces chevaux m’ont tous deux procuré de belles sensations, le premier nominé m’offrant même un beau cadeau de mariage l’année dernière en enlevant la Princess Margaret Cup. Cette saison, je n’avais pas encore connu de succès avec ces deux chevaux et le bonheur est venu de Night In Seatlle et de surcroit dans la Duchesse. Encore une fois, Grégory m’a approché pour acquérir une part dans ce cheval et je n’ai pas hésité une seule seconde de lui faire confiance».
«Comme Rousset avait deux représentants dans cette première classique, le coeur balançait entre les deux. Dans le cercle d’amis, j’étais le seul qui n’avait pas de part dans Scotsnog. Donc, je n’avais de l’attention que pour Night In Seattle. La tension était à son comble avant  la course et même si on n’est que propriétaire, on sent cette adrénaline monter. N’étant pas expert en la matière, on m’avait dit que mon coursier paraissait un peu gros. Je me suis fié aux apparences et quand je l’ai vu en dernière position, je me suis dit que c’est vrai qu’il n’était pas encore prêt. Mais lorsque Rye Joorawon l’a sollicité en ligne droite finale, il m’a vraiment impressionné, tout comme son jockey qui m’a déclaré sur la piste :  » Enn machine ça! », c’est une magnifique sensation d’avoir remporté une classique et j’espère ne pas en rester là. Night In Seatlle est un cheval maniable et donc, il pourra connaître d’autres succès. Quant à l’entraîneur et son adjoint, je leur adresse toutes mes félicitations sans oublier le palefrenier. Je pense que c’est bien parti maintenant pour que l’établissement réalise une bonne saison après des débuts à tâtons».