Avec les travaux sur le vaste chantier du Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport atteignant bientôt la marque de 50% et la livraison prévue en décembre 2012, la nouvelle formule de gestion de l’infrastructure aéroportuaire pour faire de Maurice un Travellers Hub régional suscite des interrogations. L’importance des Aéroports de Paris (ADP) dans le nouvel organigramme au préjudice d’Airports of Mauritius Limited suscite de nombreuses craintes, certains n’hésitant pas à mettre en garde contre une réplique de la formule MT/Orange pour un secteur aussi stratégique que l’aéroport. D’autre part, les résultats de l’Airport Service Quality Survey, exercice de benchmarking international de l’Airports Council International (ACI), pour le troisième trimestre de cette année, place le SSR International Airport à la 31e place sur le plan international, contre une 80e auparavant, et à la première place du classement des aéroports en Afrique.
Le dernier constat de l’avancement des travaux pour la construction du nouveau terminal au Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport confirme que le gros oeuvre devra être complété en septembre de l’année prochaine. Mais en raison de travaux additionnels nécessaires, une extension de trois mois, soit jusqu’à décembre 2012, a été accordée pour la livraison officielle du complexe aéroportuaire, avec la mise en opération du Passenger Terminal repoussée à début 2013.
L’ambition des autorités mauriciennes est de propulser le SSR International Airport en tant que « modern and major hub » dans cette partie de l’océan Indien, le dotant d’une capacité d’accueil de quatre millions de passagers annuellement. Les travaux prévoient cinq Embarcation Gates et cinq Telescopic Passenger Boarding Bridges, dont une avec toutes les facilités compatibles pour les manoeuvres d’un Airbus A380. Le terminal sera également doté de 52 Bagage Check-In Counters visant à faciliter le flot des passagers en partance.
Outre l’assistance financière de la République populaire de Chine, avec un prêt concessionnaire de 260 millions de dollars US à des taux d’intérêts bonifiés de 2%, Airports of Mauritius Limited s’est appuyée sur un partenariat stratégique avec Aéroports de Paris pour mettre à exécution ce projet. À un peu plus d’une année de la mise en opération de ces nouvelles infrastructures aéroportuaires extrêmement sophistiquées, les termes et conditions de ce partenariat AML/ADP deviennent les principales préoccupations de tout un chacun avec pour base d’opération l’aéroport de Plaisance.
La principale appréhension des habitués de l’aéroport est de voir appliquer la formule de partenariat MT/Orange pour la gestion du Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport à partir de 2013. « Nous pensons que les autorités doivent tirer les leçons de la formule MT/Orange, pour éviter une répétition à l’aéroport, privilégiant l’attrait des gains financiers aux dépens du bien-être du personnel et autres stakeholders. L’aéroport est un secteur stratégique majeur à plusieurs points de vue », soutiennent des spécialistes à Week-End.
Les informations préliminaires, recueillies de sources officieuses, indiquent que dans la nouvelle configuration, l’entité française Aéroports de Paris deviendra le gestionnaire total de toute la sûreté aérienne et au sol, avec l’accès primaire restant sous le contrôle du commissaire de Police. Ces mêmes sources ajoutent qu’il existe une grande possibilité que les Air Navigation Services (centre de contrôle et équipements aériens et les Security Cards for Identification Services) qui sont actuellement sous le contrôle du Department of Civil Aviation (DCA), soient confiés au nouvel opérateur aéroportuaire.
« Débat prématuré »
L’actuel Chief Executive Officer d’Airports of Mauritius Limited, Serge Petit, pourrait être muté à la tête de la nouvelle entité qui verra le jour avec le partenariat AML/ADP. L’actuel directeur du DCA, qui se retrouvera à la veille de son départ à la retraite avec l’avènement de ces changements, pourrait accéder aux fonctions de président du conseil d’administration de la nouvelle compagnie tout en se voyant offrir le poste de Aviation Security Advisor.
Le Department of Civil Aviation se confinera à son attribution première de Main Regulator dans le domaine de l’aviation civile, avec un rôle accru, s’assurant que tous les acteurs aéroportuaires opèrent dans le respect des normes internationales.
D’autre part, les milieux officiels, approchés par Week-End pour commenter ces éventuels développements au niveau de la gestion du Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport, ont préféré s’abstenir, en soulignant que ce débat sur la formule MT/Orange est prématuré dans la conjoncture.
Par ailleurs, en attendant la mise en opération du nouveau terminal, Maurice s’est retrouvée à la première place du classement des aéroports en Afrique, et à la 31e place dans le monde. Cette performance s’inscrit dans le cadre d’un exercice de benchmarking entrepris lors d’un Airport Service Quality Survey pour le troisième trimestre de cette année.
Commentant cette progression de la 80e à la 31e place sur le plan international, le CEO d’Airports of Mauritius Limited soutient que « c’est un pari très osé que nous avons pris en nous joignant en début d’année à ce benchmarking international. Il fallait le faire pour évaluer la qualité de notre prestation, nous situer par rapport aux autres aéroports et, surtout, trouver les nouvelles avenues pour offrir un meilleur service à nos passagers. Nous allons ensemble avec nos partenaires poursuivre nos efforts dans cette direction. C’est aussi le succès de ce partenariat entre service public et privé. À un moment où la performance des compagnies gouvernementales est décriée, AML confirme qu’il existe un énorme potentiel. »
L’aéroport occupe la première place dans une dizaine de catégories de services, dont la courtoisie et le sens du service, les opportunités d’achats hors taxes et la qualité du contrôle de sécurité, entre autres. Le service des douanes est le premier en Afrique, avec un score de 4 sur 5 pour le troisième trimestre. De plus, la note de 4,26 sur 5 a été attribuée à l’aéroport international Sir Seewoosagur Ramgoolam, avec 89 % des passagers qualifiant les services à l’aéroport de très bien à excellent.
L’aéroport de Maurice, avec plus de 2,5 millions de passagers annuellement, se situe dans la catégorie « Mondiale » des aéroports accueillant 2 à 5 millions de passagers.
En conclusion, Serge Petit affirme : « Ces résultats constituent une fierté pour Maurice. Nous travaillerons davantage à éliminer les clivages entre les différentes agences qui opèrent à l’aéroport et à créer une identité commune pour l’aéroport. Je dois aussi saluer le travail remarquable de l’équipe responsable du terminal. L’enthousiasme et l’engagement de notre personnel font toute la différence. »