Les choses semblent se compliquer à la station de transfert de Poudre-d’Or eu égard au contrat de gestion et d’entretien, qui est arrivé à terme depuis plus d’un an, et aux paiements additionnels avoisinant Rs 1 M que le ministère de l’Environnement est contraint de payer mensuellement à Maxi Clean Ltd. L’octroi du contrat à la société Inter Waste en tant que Preferred Bidder, contesté par le même soumissionnaire (Maxi Clean), et transmis à l’Independent Review Panel (IRP) du Central Procurement Board, se fait ainsi attendre depuis bientôt 13 mois.
Dans les milieux concernés, le prolongement des délibérations devant l’instance d’arbitrage est diversement interprété, d’autant que le ministère de l’Environnement, à travers la Solid Waste Management Unit (SWMU), a décidé de lancer un deuxième exercice d’appel d’offres pour la gestion et l’entretien de la station de Poudre-d’Or. Le contrat est pour une période de six mois au lieu de trois ans. Les responsables du dossier gestion des déchets affirment que le gouvernement a déjà accumulé des dépenses excédentaires de l’ordre de Rs 13 millions depuis que le choix du Preferred Bidder est contesté devant l’IRP. « Nous n’avions pas vraiment le choix. Cela fait plus d’un an que cette affaire est devant l’IRP. Avec le changement de gouvernement et la nomination des nouveaux membres en janvier dernier, nous nous retrouvons dans une situation assez compliquée. En octroyant un contrat de six mois, nous pensons que cela laissera assez de temps à l’IRP pour donner son Ruling sur ce “challenge” », expliquent-ils.
La stratégie de la SWMU risque toutefois d’être compromise si son choix se porte encore une fois sur la société Inter Waste en tant que “lowest bidder”. Des actions de contestation pourraient une nouvelle fois être initiées contre cette dernière. Les spécialistes du dossier affirment que c’est devenu « une pratique courante de contester le choix du Preferred Bidder afin de gagner du temps ».
C’est le cas de le dire en ce qui concerne l’actuel contrat de trois ans où Inter Waste a été choisi. « Interwaste (PTY) Ltd was the lowest responsive bidder, to the tune of MUR 118, 000, 000 for three years. The ministry should have been saving about one million per month compared to the Maxi Clean Ltd which has been operating the transfer Station since the last 5 years », explique un haut fonctionnaire du ministère de l’Environnement. La différence entre les deux offres se situe en effet à Rs 955 000 sur une base annuelle. Soit Rs 4 233 333 pour Maxi Clean contre Rs 3 277 777 pour Inter Waste. « Sur un point de vue de bonne gouvernance, il est pas correct que cette situation perdure, car nous somme en train de payer une société sur la base d’un contrat déjà expiré depuis plus d’une année. Et en même temps, il faut comprendre que les opérations de la station de Poudre-d’Or sont vitales dans notre stratégie de collecte et de traitement des déchets », fait-on ressortir au Ken Lee Building. Le rôle de la station de transfert de Poudre-d’Or consiste en effet à stocker les déchets collectés dans le nord du pays avant de les convoyer vers le centre d’enfouissement de Mare-Chicose.
Par ailleurs, la question de dépenses additionnelles aurait été évoquée avec force lors des hearings de l’IRP par un des représentants du State Law Office (SLO), cela par rapport à la question des fonds publics et l’argent des contribuables. « À notre niveau nous ne pouvons dire à l’IRP d’aller plus vite ou pas. Nous devons leur laisser le temps de faire leur travail, mais en même temps, il est vrai que c’est l’argent des contribuables qui est concerné », fait-on ressortir au ministère de l’Environnement. Les officiers du ministère ne cachent toutefois pas leur incompréhension par rapport au temps que cela prend, car il semblerait que le dernier hearing de l’IRP remonte au 14 août. Mais pratiquement dix semaines après, toujours pas de Ruling de l’instance d’arbitrage de CPB…