Deux développements sont intervenus ce matin dans le cadre du scandale d’abus de biens publics au National Economic and Social Council (NESC). D’abord, les limiers de l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) ont pris contact avec le chauffeur employé par le National Economic and Social Council (NESC) pour des compléments d’informations au sujet de l’usage de la voiture officielle immatriculée 6550 DC 10 par le président du NESC, Radhakrishna Sadien. De son côté, celui-ci, qui est également un syndicaliste de la fonction publique, s’est permis le luxe de détourner un point de presse officiel, soi-disant consacré à la « Presentation of NESC work programme » pour s’en prendre de manière virulente au Mauricien pour avoir fait état dans son édition d’hier de ses déboires avec l’ICAC.
Des recoupements d’informations effectués par Le Mauricien de sources concordantes confirment que dès ce matin les enquêteurs de l’ICAC, travaillant sur le dossier de Radhakrishna Sadien, ont pris contact avec le chauffeur du NESC pour une audition d’urgence en vue d’obtenir des compléments d’informations avant de procéder à l’audition Under Warning de Radhakrishna Sadien très bientôt. Devant l’indisposition de ce témoin clé dans la matinée, des dispositions spéciales ont été prises pour consigner cette nouvelle déposition dans les 24 heures.
L’une des Undisputed Evidence dans le dossier à charge de l’ICAC concerne un Memo retrouvé dans les dossiers officiels du NESC et adressé au président Sadien. Dans ce document en possession de l’ICAC, mention est fait que « I wish to bring to your attention with regards to NESC car 6550 Dc 10 that in December 2013, the driver was sent off duty and drove NESC car, from NESC to your residence in Curepipe ; the car remained outside the premises of NESC for three consecutive days (Friday, Saturday and Sunday) ; And the car was returned back to NESC on Monday ».
Ce document attire l’attention de Radhakrishna Sadien sur le fait que la voiture officielle ne peut être conduite que par le chauffeur officiel et personne d’autre et que la voiture doit être toujours garée dans l’enceinte du NESC la nuit. Dans cette même missive, la consommation excessive de carburant de Rs 12 000 par mois est révélée.
Depuis le début de cette enquête par l’ICAC avec des officiels du NESC interrogés et des documents saisis, une situation malsaine règne au sein de cet organisme avec la démission du responsable des finances.
Toutefois, ce matin, le président du NESC a franchi une nouvelle étape en détournant un point de presse du NESC, qui devait être consacré à la « presentation of NESC work programme » pour s’en prendre à la rédaction du Mauricien au sujet de l’article publié hier. Il a fait état de son droit de réponse et de consultations avec ses conseils légaux pour répondre.
Le Mauricien reviendra demain sur les propos tenus par Radhakrishna Sadien lors du point de presse.