« La Mauritius Ports Authority s’est embarquée dans un ambitieux projet de redéfinition de la stratégie énergétique pour le port. » C’est ce qu’a annoncé Aruna Bunwaree-Ramsaha, directrice adjointe de la MPA hier à Port-Louis. « Gestion énergétique ne veut pas dire tout éteindre. Efficiency means quality of comfort as well », a pour sa part déclaré Khalil Elahee, président du Energy Efficiency Management Office.
La Mauritius Ports Authority (MPA) compte se mettre au diapason du « durable » et du « vert ». Elle se lance ainsi dans un « ambitieux projet » en vue de revoir sa stratégie énergétique. Dans cette optique, elle a organisé hier matin à Port-Louis une rencontre, qui s’inscrivait aussi dans le cadre de la National Energy Efficiency Week. Un appel d’offres devrait ainsi être lancé le 1er octobre pour trouver la firme qui mènera une étude de six mois sur la question.
Pour le président du Energy Efficiency Management Office (EEMO), Khalil Elahee, il est important d’avoir un point de départ pour se lancer dans ce type de projet. Il a d’ailleurs pointé du doigt le gaspillage dans certains bâtiments. « A-t-on vraiment besoin de deux climatiseurs dans cette pièce ? » a-t-il demandé lors de son discours. Et d’ajouter : « S’il fait 25 degrés à l’extérieur, pas besoin de 21 degrés à l’intérieur. On ne se rend pas compte du choc thermique que la climatisation provoque. De plus, dans certains bâtiments, la climatisation est centrale. Soit on allume tout, soit on éteint tout. Il n’y a pas de demi-mesure. »
La MPA veut ainsi mettre en place une gestion énergétique plus « raisonnable ». « Gestion ne veut pas dire tout éteindre. Efficiency means quality of comfort as well », a expliqué Khalil Elahee. Le président du EEMO expose ainsi le « comment être raisonnable ». « L’énergie doit intégrer le bien-être… tant que l’on présume qu’on a affaire à des gens raisonnables, des hommes qui n’ont pas besoin d’un bolide, de consommer énormément de pétrole et de faire beaucoup de bruit pour se sentir heureux. »
Pour ce qui est du port, Khalil Elahee estime que la question de la durabilité ne peut se limiter à une mode, mais doit faire partie de « sa stratégie pour le futur ». « If the port is green, the country can become green. » Quant à l’état de santé du EEMO, il souligne le besoin d’avoir plus de « capacity building ». « What we need is not ideas, we need people. »