La mission que doit effectuer le ministre des Finances Vishnu Lutchmeenaraidoo au Ghana du 20 au 24 novembre prochain suscite un vif intérêt de la part des opérateurs mauriciens qui souhaitent explorer des opportunités d’affaires dans ce pays. Une centaine de chefs d’entreprise et d’entrepreneurs opérant dans divers secteurs de l’économie ont exprimé le souhait d’y participer suivant une invitation dans ce sens par le Board of Investment (BOI). La mission s’inscrit dans la démarche d’intégration économique à l’échelle africaine de l’économie mauricienne, telle que préconisée par le ministre des Finances et du Développement économique.
Selon le ministère des Finances, les débouchés abondent dans ce pays de l’Afrique de l’Ouest. Les autorités ghanéennes proposent aux opérateurs mauriciens d’investir dans quelque 141 projets émanant des filières suivantes : l’agriculture et l’agro-industrie ; la manufacture ; les services et le tourisme ; les TIC ; la construction et l’infrastructure, et les activités d’extraction. Il existe également des possibilités dans les différentes filières dont l’agriculture et agro-industrie : la culture et la distribution de fruits et légumes ; la culture fruitière et maraîchère bio ; l’aquaculture ; la construction/expansion d’usines de jus de fruits ; la production de boissons ; la transformation et mise en boîte/emballage de produits alimentaires ; l’exploitation commerciale de fermes, etc. Au niveau manufacturier, le Ghana propose des projets comme la construction et l’opération d’une cimenterie ; le textile/habillement ; l’assemblage d’appareils électroménagers ; la fabrication d’huile et autres produits à base d’herbe ; la production de briques de construction à base de matériaux recyclés ; la fabrication de matériel d’emballage ; la transformation de bois ; la construction d’une fonderie de métaux ferreux moderne, etc.
L’industrie touristique ghanéenne offre des possibilités dans la construction et la mise à niveau et opération d’hôtels de plage, de vacation clubs, d’hôtels de ville, de centres de récréation ; les facilités de leasing pour véhicules et d’équipements lourds ; l’expansion d’une société de microfinance ; les services de financement et d’épargne ; les prestations de tours opérateurs ; la création d’un collège en hospitality and tourism, etc. Il existe également des possibilités dans le domaine des TIC avec la mise en place des connexions Wi-Fi. Il y a aussi des projets de portée nationale sous forme de private-public partnership (PPP) qui sont susceptibles d’intéresser les investisseurs, développeurs et fournisseurs mauriciens : la création d’une nouvelle compagnie aérienne, l’extension de facilités d’irrigation à Accra, la construction de complexes de bureau de haut standing, la réhabilitation et l’agrandissement du port de Takoradi, la réfection de l’autoroute liant les régions Accra et Tema et la construction de facilités sportives et de camping.
Le ministère des Finances rappelle que les opérateurs et investisseurs mauriciens bénéficieront de mesures d’encouragement dans le cadre d’un accord Government to Government.
Une mission technique dirigée par la Special Adviser au ministère des Finances et du Développement économique, Shakuntala Jugmohun, s’est rendue au Ghana la semaine dernière pour préparer la visite de prospection. Le Ghana et Maurice ont récemment entrepris d’importants efforts pour consolider leurs relations économiques et diplomatiques. John Dramani Mahama, le président du Ghana, était en visite d’État à Maurice au mois d’août de cette année à la tête d’une forte délégation. Maurice compte développer une technopole à Tema, près d’Accra.