This handout video grab image released by The Istanbul Police Department to DHA News Agency on January 17, 2020, shows Michael Taylor (2R) and George Antoine Zayek (C) at passport control in Istanbul Airport, two men accused of helping fugitive businessman Carlos Ghosn escape via an Istanbul airport, as he fled a corruption trial in Japan. - Turkey's state news agency has published images of two men accused of helping fugitive businessman Carlos Ghosn escape via an Istanbul airport, as he fled a corruption trial in Japan. The security camera images, first made public on January 16, 2020, show Michael Taylor and George Antoine Zayek at passport control in Istanbul Airport, according to state news agency Anadolu. (Photo by Handout / Demiroren News Agency (DHA) / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / DHA" - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS

Les médias turcs ont publié des images inédites montrant deux hommes soupçonnés d’avoir aidé le magnat déchu de l’automobile Carlos Ghosn dans sa fuite du Japon vers le Liban en passant par Istanbul.

Une vidéo publiée jeudi soir par l’agence de presse DHA montre Michael Taylor et George-Antoine Zayek se soumettre l’un après l’autre au contrôle de leur passeport à l’aéroport Istanbul en fin de matinée le 30 décembre, avant de prendre un avion pour quitter la Turquie.

Selon des médias, l’Américain Michael Taylor et le Libanais George-Antoine Zayek, deux agents de sécurité privés, ont aidé M. Ghosn a quitter le Japon, où l’ex-patron de Renault-Nissan est accusé de malversations, au cours d’une opération rocambolesque.

M. Ghosn a dans un premier temps pris un jet privé à Osaka (ouest du Japon) pour Istanbul, puis un second appareil pour Beyrouth.

MM. Taylor et Zayek sont soupçonnés d’avoir accompagné M. Ghosn en jet privé du Japon à l’aéroport Atatürk à Istanbul, puis de prendre un vol commercial pour le Liban.

Les autorités turques ont écroué cinq employés d’une compagnie aérienne privée soupçonnés d’avoir aidé l’ex-homme d’affaires dans sa fuite.

La compagnie, MNG Jet, affirme que ses avions ont été utilisés de manière « illégale ».

gkg/phv