Avec cinq partants en lice lors de la 34e journée, l’entraîneur Gilbert Rousset a su tirer son épingle du jeu avec la victoire de Maxamore. Avec Horil ce n’est que des premières. Après son doublé lors de la 33e journée quand il avait fait triompher pour la première fois Aspara et Storm Clipper, le voilà qui récidive. 
Maxamore n’avait pas encore connu de succès en trois sorties chez nous, mais avait quand même donné un aperçu de son potentiel. À la faveur d’un bon parcours malgré sa neuvième ligne et une lutte à l’avant entre Galtero, Don’t Tell Mama et Sierra Redwood, le cheval de Rousset a bien pu se positionner et n’a eu aucun mal à venir régler ses adversaires au finish.
« Je suis très heureux d’avoir pu glaner une autre victoire après mon doublé de la semaine dernière », savoure Horil. « Je remercie encore une fois Gilbert Rousset,  Soodesh Seesurrun et tout leur entourage de m’avoir fait à nouveau confiance. Je suis d’autant plus heureux pour les propriétaires qui décrochent une première victoire avec leur cheval, comme cela a été le cas la semaine dernière. » 
« Pour en revenir à la victoire de Maxamore, il faut dire que j’ai bien profité des circonstances de la course. Malgré la ligne extérieure, j’ai pu trouver une place sur les barres, il ne tirait pas et il a sorti une superbe accélération à l’entrée de la ligne droite finale. À 400 mètres du but, comme le cheval était encore en main, j’étais confiant que j’allais gagner », ajoute-t-il.
 
Cheville gonflée
 
Autant il était confiant de l’emporter dans la 3e course, autant Horil allait être déçu sur Top Of The Rock et Everest. « Le favori Top Of The Rock a eu une course très difficile. Je croyais que j’allais signer un deux à la suite, car il était dans une bonne forme, sauf qu’on partait complètement de l’extérieur. Malheureusement, j’ai eu un parcours en troisième épaisseur et j’avais Valerin qui ne m’a jamais laissé prendre une place. C’était sa tactique à lui. Et quand au poteau des 400 mètres je voulais bouger, ce fut cette fois la monture de Rye Joorawon qui m’a poussé vers l’extérieur. En ligne droite finale, alors que j’avais mis le nez devant tout le monde, il a hang in badly et a été battu par Kalinago. Si les circonstances m’ont été favorables avec Maxamore, cette fois elles m’ont coûté la victoire. Je fus aussi déçu par la prestation d’Everest qui, je pensais, allait finir plus près. Disons que j’ai eu une gêne à la cheville à 600 mètres et cela m’a coûté la victoire pour le reste de la journée. En effet, au poteau des 800 mètres, le jockey Imran Chisty, qui était à mon extérieur, m’a forcé un peu et il a penché sur moi. J’avais les pieds qui frôlaient les barres. Malgré mes cris, il est quand même entré devant moi et à la fin j’avais la cheville gonflée. J’ai dû déclarer forfait pour la dernière course. Heureusement que cela va beaucoup mieux. »
Sinon, les deux autres montes de Horil samedi dernier sont à mettre aux oubliettes, Special Secret et Hililyhililyhilo terminant à la dernière place et très loin de leurs vainqueurs. Le cheval de Simon Jones en était à ses débuts chez nous. « J’ai cru comprendre qu’il a bien voyagé en venant à Maurice. De ce fait, il a été traumatisé. Il faut le reprendre à zéro et le rééduquer », constate Horil.
En attendant de rentrer à Nouméa le 20 décembre pour Noël et de préparer la naissance de son fils attendue pour fin janvier, il savoure ses trois victoires en deux journées. « C’est magnifique. J’espère que cela continuera comme ça. Il ne reste que deux journées régulières et comme je donne la priorité à Gilbert Rousset, j’espère avoir de bonnes montes pour terminer la saison en beauté. »