Après des débuts poussifs, il semblerait que l’entraînement Rousset se rapproche petit à petit de son rythme de croisière puisqu’il a signé son deuxième hat trick de la saison samedi dernier. Avec maintenant 14 victoires au compteur, Gilbert Rousset veut maintenir la pression sur le leader alors que la deuxième classique se profile à l’horizon. S’il y a bien quelqu’un qui n’a pas besoin de motivation additionnelle, c’est Derreck David qui a la ferme intention de hisser à nouveau son entraîneur tout en haut de l’affiche.  
A bien y regarder de plus près, ce n’est pas vraiment un hasard que de voir Gilbert Rousset jouer les premiers rôles aussi tôt dans la saison, tant ses pensionnaires semblent être dans une forme ascendant actuellement. S’il est vrai que certains coursiers ont joué de malchance en certains occasions, il n’en demeure pas moins que l’entraînement Rousset possède le meilleur pourcentage de réussite jusqu’ici, soit 33% contre 30% pour Ramapatee Gujadhur qui tient actuellement le haut du pavé. C’est donc par l’entremise de Pont D’avignon, Rear Admiral et Lietuva que Gilbert Rousset et consorts ont pu maintenir leur belle série victorieuse.
« To be honest, I was only expecting two wins today but God blessed me with three winners and I’m really thankful. Our horses have been running very good races lately. We’ve been a bit unlucky throughout the season but today it turned our way. Well done to the stable and the owners, particularly to Dharmesh and Melissa Naik who own all three winners. It was a nice day for the stable », nous dira d’emblée Derreck David à sa sortie de la jockey’s room samedi dernier. Le cavalier sud-africain, qui restait sur une journée blanche, ne s’est pas fait prier pour relancer la machine et c’est lors de sa première monte du 11e acte qu’il a renoué avec le box des vainqueurs grâce à Pont D’Avignon qui retrouvait avec la compétition après sept semaines passés sur la touche.
« Pont D’avignon was only 80% fit »
Lancé à 400m du but, l’élève de Gilbert Rousset tint bon pour décrocher sa quatrième victoire sur notre turf, mais son cavalier fut trouvé coupable de careless riding par les racing stewards et il aura à s’acquitter d’une amende de Rs 35 000 pour cette faute commise dans le dernier virage.  Un léger doute subsistait quant à la distance, mais son cavalier nous avoua qu’il était plus inquiet par rapport au fitness du cheval. « With the sidewinkers, the distance was alright for Pont D’avignon as he was third by a short head to Barney Barnato over 1500m at the beginning of the season but I was a bit concerned about his fitness because he was only 80% fit coming into this race. I was very happy for the way he won today. He’s a big galloper, he’s a strider and I had to let him go early ».
Gilbert Rousset s’est, lui, réjoui de revoir son coursier à ce niveau après qu’il se soit blessé derrière les stalles de départ à sa dernière incursion. « Pont D’avignon est un bon petit cheval dans sa catégorie. Il a vraiment été malheureux avec tous les déboires qu’il a connus et c’est une victoire vraiment méritée, surtout pour ses propriétaires car on a eu très peur pour lui après son accident. Il s’est bien sûr remis, mais la façon dont il l’a emporté après son long break prouve qu’il a du potentiel ». La passe de deux fut réalisée par l’entremise de Rear Admiral un peu plus tard dans la journée. Même s’il affrontait un champ beaucoup plus relevé, le gris a cette fois réalisé le pillar to post et s’est battu jusqu’au bout pour ramener une nouvelle victoire pour son entraînement.
« My plan with Rear Admiral was always to get him handy. If he wants to be in front, he’ll do it. But today he won a courageous race. They came from left, right and centre. They were all coming at him but he held them off with everything he had. At the 200m, he picked up the bit and went again. He won a lot easier today and I’m quite happy about that. I never thought he would have won today but gave him a placed chance », devait déclarer notre interlocuteur. Soodesh Seesurrun, l’assistant-entraîneur, avait lui sa petite idée derrière la tête et avait ainsi demandé à son jockey de se battre pour diriger les opérations. « J’avais insisté avec Derreck pour qu’il coure en tête parce que Rear Admiral est un autre cheval quand il peut mener. Je me rappelle que Johnny Geroudis m’avait un jour dit à son sujet : « when he leads, he’s another horse ». En revanche, s’il se met en deuxième position, il aura tendance à lâcher le mors et ne pas se concentrer. Et c’est pour cette raison que j’ai demandé à Derreck de « bounce the horse to take the lead ».
« I had given up on Lietuva »
La fête n’était pourtant pas terminée puisque Lietuva se chargea de conclure la journée faste de son entraîneur dans la dernière épreuve au programme. Auteur d’un départ canon, ce sujet de Lithuanian prit rapidement le train à son compte et ce n’est qu’après le but que ses adversaires ne le virent à nouveau. Cette performance n’a pas étonné outre mesure Soodesh Seesurrun si l’on se fie à ses déclarations d’après-course. « Comme tout le monde le sait, Lietuva est un très bon track worker. A sa dernière sortie, il a été battu par des chevaux comme Elite Class et Mr Leyend qui ont confirmé leur valeur aujourd’hui. On a décidé de le munir de sidewinkers mardi matin et il a très bien travaillé avec. Sa ligne extérieure était cependant un souci et j’étais un peu inquiet dans la descente car je pensais que le cheval tirait, ce qui n’était pas le cas fort heureusement. J’avais demandé à Derreck d’attendre la dernière ligne droite pour le solliciter car il a un very short burst of acceleration. Je dédie cette victoire à M. et Mme Naik qui ont pris beaucoup de patience avec ce cheval ».
Derreck David n’affichait, lui, pas le même optimisme pour un coursier qui l’avait beaucoup déçu jusqu’ici. « Lietuva has been disappointing me the whole season but it was a big win from him today. He pulled, he ran hard but he still won. I thought he would have won on his first start of the season, then the second and third but today I had given up on him. My intentions were always to go in handy because he’s got the gate speed. He ran up the hill four-wide, went to the front and pulled me the whole way. It was a big win but he’s still a baby, he needs to learn to race but he’ll be alright ». Quant à Cherish The Charm, il a été l’auteur d’une belle prestation avec les oeillères et son cavalier est d’avis qu’il se montrera plus percutant sur plus long.
Interrogé sur ses ambitions pour la cravache d’or, Derreck David a préféré botter en touche, se disant plus préoccupé à aider plutôt son entraîneur à remporter le championnat. « It has not been easy the past couple of weeks. Our horses have been running there but not winning and for the owners to keep putting their trust in me has really been appreciated very much. It’s not a big deal for me if I run second or third in a race. I just want my trainer to be champion this year. My only goal is to see Gilbert Rousset on top at the end of the year. We’re only going into July and I’m only two wins behind Brandon. It’s still a long way to go and a lot of things will be happening. So it’s really difficult to say who will win the championship ».