Le surintendant Pascal Pulcherie n’est plus le responsable du Groupement d’intervention de la police mauricienne (GIPM) et a été muté à la Special Mobile Force (SMF) pour assurer la formation des recrues. C’est son (ex)-second, le Commanding Officer Pierre Mike Sambat, qui a été appelé à le remplacer pour le moment.

Le Police Headquarter a pris cette décision jeudi après avoir appris que 27 policiers de cette unité d’élite ont pris leur “sick leave” simultanément. Même si le principal intéressé, réputé pour sa « méthode dure », a été transféré, les Casernes centrales ont quand même demandé au commandant de la SMF d’initier une enquête interne pour déterminer s’il y a eu un complot ourdi par les 27 officiers pour faire pression sur leur supérieur. En plus, les services du GIPM étaient sollicités jeudi pour emmener le trafiquant de drogue Peroumal Veeren en cour de Port-Louis pour son procès contre le commissaire des prisons Vinod Appadou. « Les 27 absents représentent 1/3 du personnel du GIPM. Nous avons pu gérer la situation hier », a indiqué une source au Police Headquarter. Les 27 seront appelés un à un au QG de la SMF pour s’expliquer sur leur absence. Un membre du GIPM a indiqué au Mauricien que « la situation était tendue entre certains éléments et l’ASP Pulcherie depuis des mois ». Et d’ajouter que l’ex-responsable du GIPM avait même demandé le transfert de quelques-uns de ses officiers « car il estimait que ces derniers n’avaient pas l’étoffe pour faire partie de ce corps d’élite ». Mais le commandement de la SMF a rejeté ses demandes. Il fait même l’objet d’une enquête interne pour “negligent discharge”.

À un moment donné, l’ASP Pascal Pulcherie avait demandé son propre transfert que la direction de la SMF n’a pas agréé. Selon notre interlocuteur, les « contestataires » se plaignaient qu’ils n’obtenaient pas leur “weekly leave”, leur “time-off” alors que leur “vacation leaves” étaient gelés. « Cela a donné lieu à une certaine frustration », avance notre interlocuteur.

D’ailleurs, ces éléments du GIPM disent que les méthodes de l’ASP Pulcherie sont « dures ». « Certains de ses entraînements sont du niveau de l’armée des grands pays. Il y a des officiers qui n’arrivent pas à s’adapter », indique notre source. Selon l’entourage de Pascal Pulcherie, ce dernier ne souhaite faire de commentaire, mais il a « un moral d’acier » malgré son transfert. Le CO Pierre Sambat assurera l’intérim en attendant que le bureau du commissaire de police nomme un haut gradé à ce poste.