Ras al Khaimah, un des sept émirats constituant la fédération des Émirats Arabes Unis (EAU), veut intéresser les opérateurs du secteur du global business de Maurice à considérer sa juridiction offshore comme une option pour d’éventuelles implantations de sociétés à l’intention de leurs clients. Deux représentants du RAK International Corporate Centre ont rencontré récemment des professionnels du global business pour évoquer les avantages d’une incorporation dans le centre offshore de Ras Al Khaimah.
Le RAK International Corporate Centre (RAK ICC) sera lancé début janvier 2016 par le gouvernement de Ras Al Khaimah avec pour objectif d’avoir un seul registre et pour les sociétés offshore (International Business Company) et pour celles opérant dans la zone franche que ce soit pour les services commerciaux ou de consultant. Ce regroupement aura pour effet de permettre au RAK ICC d’avoir un registre de plus de 20 000 sociétés.
Lors de leur rencontre avec les opérateurs du secteur du global business de Maurice à l’hôtel Le Labourdonnais, Peter Michael Schuster et Shankar Bharathan, respectivement CEO et Business Development Manager du RAK ICC, ont mis l’accent sur les opportunités offertes par la juridiction de l’émirat. Ils ont mis l’accent sur la stabilité politique et économique de la juridiction, les facilités d’incorporation des sociétés, les possibilités de rapatriement du capital et des profits (100 %, ont-ils précisé), la qualité du système bancaire et la diversité des activités (opérations commerciales, gestion et protection d’actifs, administration des trusts, optimisation fiscale, administration de biens immobiliers, entre autres).
Le RAK ICC prévoit aussi des dispositions légales pour le transfert de domicile des sociétés offshore. « RAK ICC will be the optimal and efficient solution for a successful business », ont souligné les dirigeants du centre. Les sociétés opérant avec un permis octroyé par le RAK ICC ne sont pas sujettes à l’impôt. « RAK ICC International Business Company can form part of an overall taxation reduction strategy for certain individuals or entities », ont indiqué les promoteurs du centre financier de l’émirat. Ces derniers ont également fait ressortir que les sociétés qui veulent se faire enregistrer pour opérer aux Émirats Arabes Unis mais qui n’ont pas l’intention d’avoir des activités substantielles à Ras Al Khaimah, peuvent opter pour le RAK ICC International Registry Service.
La direction du RAK ICC promet un service des plus rapides en matière d’enregistrement des sociétés ou de renouvellement des permis d’opération. Elle souligne, toutefois, que des procédures rigides pour le respect des lois sont appliquées. Le centre, ajoute ses dirigeants, adopte les meilleures pratiques et normes internationales en matière de formation des sociétés. La juridiction de Ras Al Khaimah et celle des Émirats Arabes Unis, rappellent-ils, n’ont jamais été placées sur la liste noire d’une organisation internationale.
Comptant plus de 400 000 habitants, l’émirat Ras al Khaimah disposait en 2013 d’un Produit intérieur brut de l’ordre de 8,4 milliards de dollars. N’étant pas un producteur de pétrole, Ras Al Khaimah a concentré ses activités économiques sur le secteur manufacturier, qui représente environ 30 % du PIB, la haute technologie, l’industrie touristique, l’immobilier, l’agriculture et la pêche.