Il s’agit d’une première : une entreprise Mauricienne, en l’occurrence Rogers Group, figure dans le UN Global Compact International Yearbook de 2012. La compagnie s’est distinguée pour ses projets en termes de prévention dans la lutte qu’elle mène, aux côtés des ONG et du gouvernement depuis six ans, dans le domaine du VIH/sida. Un article de deux pages, présentant le groupe et ses projets, apparaît dans le rapport qui a été rendu public par le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-Moon, lors de la récente conférence Rio + 20.
« C’est la première fois qu’une entreprise mauricienne décroche une telle distinction mondiale, et c’est tout le pays qui en sort gagnant, car il s’agit de bonnes pratiques en termes de lutte contre le sida. D’ailleurs, depuis 2010, les chiffres officiels s’agissant des nouvelles contaminations sont en régression, ce qui indique que l’épidémie perd du terrain. Une cause logique des campagnes de prévention et des projets mis en oeuvre à cet effet. » C’est en ces termes qu’Audrey d’Hotman de Villiers, CSR Manager du groupe Rogers, a présenté la distinction attribuée au groupe, qui figure en bonne place parmi des dizaines d’autres entreprises mondiales dans le UN Global Compact International Yearbook de 2012. Outre Rogers Group, une quarantaine d’entreprises de renommée internationale telles qu’Air France, Adecco Group, Bosch, Nestlé, Carrefour ou encore GDF Suez et la Royal Bank of Scotland Group sont citées. Deux pages sont consacrées au groupe, élaborant ses divers projets et le présentant, en termes de réalisations dans le domaine du CSR.
« Nous félicitons Audrey, Manish Bundhun, notre HR Executive, et leurs équipes pour leurs efforts. Les actionnaires et nous-mêmes, au sein de la direction, avons eu, à travers ces personnes, des visionnaires pour mettre en oeuvre ces projets », a souligné Philippe Espitalier-Noël, CEO du groupe, lors d’un point de presse à la Rogers House ce matin. « Rogers est très content d’avoir, par le biais des projets pour lesquels nous avons été récompensés, aidé à alléger les souffrances des milliers de Mauriciens qui sont affectés et infectés par le sida. C’est un partenariat de vraie qualité que nous avons eu avec les ONG et le gouvernement sur ces dernières années, pour mener à bien ces projets », dit-il. Outre les ONG engagées dans le domaine, le groupe Rogers a aussi tenu à saluer « la participation du National AIDS Secretariat (NAS) et désormais, le comité de monitoring du Global Fund, avec lesquels nous collaborons pleinement ».
Quelque 35 millions de roupies ont été investies par le groupe Rogers sur ces dernières années pour ses différents projets de prévention et lutte contre le sida. « Nous avons réalisé 89 projets majeurs, précise Audrey d’Hotman. Via ces différents projets, nous avons pu toucher 399 511 Mauriciens et Rodriguais, leur donner les informations de base sur le VIH et le sida, les moyens de transmission, les spécificités de la maladie, les méthodes de protection, entre autres. De plus, ces mêmes projets nous ont permis de former 19 850 jeunes et 977 adultes dans le même domaine. »
Tel peut se résumer le bilan de ces nombreuses années d’engagement du groupe Rogers dans le domaine social, et spécifiquement en matière de lutte contre le sida ces six dernières années. Pour rappel, en effet, c’est en 2007 que Rogers a lancé son projet CSR avec un programme spécifique de prévention auprès des jeunes, ciblant surtout les 15 à 24 ans.
L’article du UN Global Compact International Yearbook 2012 peut être consulté et téléchargé en ligne à l’adresse suivante : http://www.rogers.mu/UserFiles/File/UNGC-Yearbook-2012.pdf.