Maurice se retrouve à la 31e place sur un total de 136 pays dans l’édition 2015 du Global Opportunities Index, une publication du Milken Institute, une organisation indépendante à buts non lucratifs qui regroupe chercheurs, universitaires et économistes. Le dernier classement présenté dans la 2e édition du rapport du Milken Institute place aussi Maurice à la première place au niveau du continent africain.
Le Global Opportunities Index prend en compte quatre critères importants : les fondamentaux économiques de chaque pays, la facilitation des affaires, la qualité de la réglementation et l’État de droit. Pour les responsables du Milken Institute, le rapport fournit des informations cruciales quant à l’attractivité d’un pays aux yeux des investisseurs étrangers. S’agissant des fondamentaux économiques, les auteurs du rapport évaluent notamment la performance macroéconomique de chaque pays, le degré d’ouverture aux échanges commerciaux avec l’extérieur et des investissements directs étrangers, la qualité de la main-d’oeuvre et l’infrastructure physique. Pour ce qui concerne la facilitation des affaires, le rapport prend en considération le poids de la fiscalité, le coût de démarrage d’une entreprise, le respect des contrats et les frais pour résoudre les problèmes de solvabilité.
La lutte contre la corruption, la transparence ainsi que l’étendue et le poids de la réglementation sont étudiées sous le chapitre de la qualité de la réglementation alors que sous celui de l’État de droit, l’évaluation est basée sur le cadre légal, la protection des droits de propriété et des droits des investisseurs. Maurice s’est vu attribuer un score général de 6,52 points (sur une moyenne de 10) réparti comme suit : Fondamentaux économiques (5,27 points), Facilitation des affaires (7,63 points), Qualité de la réglementation (6,40 points), Etat de droit (6,80 points).
Le classement général est dominé par Singapour (8,70 points), qui précède dans l’ordre Hong Kong (8,47 points), la Finlande (7,88 points), la Nouvelle-Zélande (7,81 points), la Suède (7,79 points), le Canada (7,73 points), la Norvège (7,64 points), le Royaume-Uni (7,64 points), l’Irlande (7,61 points) et la Malaisie (7,57 points). Maurice et cinq autres pays d’Afrique subsaharienne (l’Afrique du Sud, le Botswana, la Namibie, le Rwanda et la Zambie) figurent parmi les 50 premiers du classement. Mais on observe également que Maurice devance des pays comme la France, l’Espagne, l’Italie, le Portugal, la Pologne, la Chine, l’Inde et le Brésil.  
« Mauritius, while a small island nation, continues to be one of  the most economically successful and stable countries in Africa, in part thanks to economic reforms that occurred after 2000. Our Index shows that it is one of the most open to foreign investment, with the highest Ease of Doing Business score on the continent. Since 2013, Mauritius’ composite score has increased 3.5 percent, due to improvement in Economic Fundamentals, Rule of Law, and, primarily, Ease of Doing Business », souligne le rapport du Milken Institute dans sa revue de la performance des pays d’Afrique subsaharienne.  
Le Milken Institute fait ressortir qu’il y a un lien étroit entre le Global Opportunity Index et l’investissement direct étranger. « The higher the score, the greater the inflows », ajoute-t-il. Chaque point gagné représente une progression conséquente (estimée à 42%) des investissements directs étrangers par tête d’habitant. Pour que les pays puissent attirer davantage de FDI, il est primordial, soutient le Milken Institute, d’améliorer les performances sous les quatre critères utilisés pour l’élaboration du classement global.