Après les 154 amputés ayant pu à nouveau marcher lors du premier “Jaipur Foot Camp” en décembre et janvier derniers, ce sont 130 autres personnes privées d’un ou deux pieds pour diverses raisons, qui retrouveront leur mobilité et avec, leur dignité. Un deuxième “Jaipur Foot on-the-spot Limb Fitment Camp” sera lancé aujourd’hui, au centre récréatif de Pointe-aux-Sables et durera jusqu’au 21 mai.
L’initiative revient à la Global Rainbow Foundation (GRF) et reçoit le parrainage du groupe Esquel Mauritius. Celui-ci s’est engagé à financer le projet, mais aussi à employer des bénéficiaires de prothèses Jaipur Foot. Le Pr Armoogum Parsuramen, fondateur de la GRF, annonce par ailleurs la création, pour cette année, d’une branche mauricienne de Jaipur Foot « afin de répondre aux besoins en prothèses de la population locale et régionale ».
Avec ce projet, ce seront bientôt 284 personnes amputées dont un Rodriguais et un Seychellois – principalement à cause du diabète, mais aussi suite à des problèmes vasculaires ou à des accidents de la route – qui auront vécu, pour ainsi dire, une renaissance. Un petit miracle que leur apporte Jaipur Foot, ONG indienne qui, depuis sa création en 1975, a réhabilité plus de 1,3 million de patients amputés ou atteints de poliomyélite dans le monde. Parmi, la célèbre actrice Sudha Chandran, qui était d’ailleurs à Maurice lors de la première édition. Jusqu’ici, 26 pays ont bénéficié des prothèses de Jaipur Foot et Maurice est devenu le 27e pays à en profiter, grâce à la GRF.
Après la fixation de ces prothèses, affirme le Pr Parsuramen, « les patients pourront reprendre leurs activités quotidiennes et être autonomes. Ce n’est pas seulement leur vie, mais aussi celle de leur famille qui se renouvellera ». Une véritable transformation est notée chez les bénéficiaires du Jaipur Foot (pied artificiel) à l’instar de ce Rodriguais dont on a pu voir le témoignage à travers une vidéo. Ayant bénéficié d’une prothèse en décembre dernier, il fait montre dans cette vidéo de sa capacité retrouvée, après vingt ans, à marcher, courir et sauter. « Pendant 21 ans, je me suis retrouvé seul à la maison. J’en ai beaucoup souffert. Aujourd’hui, je peux faire le ménage, marcher, aller à la boutique. J’ai déjà eu une prothèse avec laquelle j’avais connu des douleurs. Avec celle-là, je ne ressens pas de douleurs ».
Comment se déroule le “Jaipur Foot on-the-spot Limb Fitment Camp” ? Les patients sont dans un premier temps invités à un exercice de mesure avant que les techniciens procèdent à la fabrication, sur place, des prothèses. Dans les cas les plus faciles, les prothèses peuvent être fixées le jour même. Mais, dans la majorité des cas, les patients reviennent quelques jours après, le temps que les physiothérapeutes mauriciens leur prodiguent des conseils quant aux exercices en vue d’une adaptation optimale avec ce nouveau membre de leur corps. Au terme de la fixation des prothèses, un suivi des patients est effectué par un groupe de physiothérapeutes et d’ergothérapeutes.
En sus de la fixation de prothèses fabriquées sur mesure sur les patients, cette deuxième édition se donne aussi pour but de former des techniciens prothésistes mauriciens dans le cadre de la création de la branche mauricienne de Jaipur Foot. « Les prothèses artificielles spécialisées seront fabriquées sur mesure par l’équipe de spécialistes de Jaipur Foot. Deux des spécialistes resteront à Maurice une semaine de plus pour commencer la formation de techniciens prothésistes », indique le Pr Armoogum Parsuramen. Jaipur Foot fait partie de la Bhagwan Mahaveer Viklang Sahayata Samiti (BMVSS), la plus importante organisation au monde au service des handicapés. Présent à Maurice dans le cadre de ce deuxième “Jaipur Foot Camp”, le manager de la BMVSS, Prakash Sharma, qui compte 33 ans de métier dans le domaine, indique que les bénéficiaires « peuvent marcher normalement, courir et même nager ».