Les « bases de la création » de la “Smart City” de Riche-Terre « ont été jetées » avec la conclusion de l’accord entre le gouvernement, Mauritius Jinfei Trade and Cooperation Zone Co Ltd et Shanxi Jinfei Investment Co Ltd, a indiqué hier au restaurant Opium le ministre des Finances, Vishnu Lutchmeenaraidoo. L’accord prévoit, entre autres, la création d’une compagnie conjointe dans laquelle le gouvernement détiendra une part de 80% et Shanxi Investment Group, 20%. Cette compagnie aura pour tâche de réaliser un “Master Plan” pour le projet de “Smart City” à Riche-Terre et d’agir comme une compagnie de gestion et de promotion de la “Smart City”. Le ministre des Finances a aussi annoncé l’arrivée prochaine d’une branche de la Bank of China à Maurice.
L’accord a été paraphé hier entre le président de Shanxi Jinfei Investment, Xing Lianjun, et le ministre Lutchmeenaraidoo en présence de l’ambassadeur de Chine Li Li et plusieurs ministres, dont Showkutally Soodhun, Ivan Collendavelloo, Raj Dayal et l’Attorney General Ravi Yerrigadoo. L’accord de principe entre les parties mauriciennes et chinoises porte sur cinq points, à savoir notamment que les 500 arpents de terre loués à bail au groupe Jinfei sont rendus au gouvernement. Il tient compte d’un accord portant sur l’octroi d’un bail sur une superficie de 75 arpents à Mauritius Jinfei en contrepartie des investissements effectués pour la construction de quelques bâtiments et les travaux d’infrastructures entrepris, qui sont estimés à Rs 765 M. Par ailleurs, dans le cadre de la deuxième phase de développement de la région, quelque 100 arpents seront alloués au Shanxi Investment Group pour compléter le projet de “Smart City”. Les 325 arpents restants, eux, seront loués à bail par le gouvernement aux investisseurs privés locaux. Des entreprises ont d’ailleurs déjà manifesté leur intérêt pour la construction d’entrepôts dans le cadre du port franc. Finalement, la compagnie conjointe gouvernement/Shanxi Investment sera créée.
Vishnu Lutchmeenaraidoo a indiqué que, tenant en compte la situation stratégique du site, le projet de Riche-Terre intégrera également les activités portuaires et logistiques dans le cadre de la modernisation des infrastructures portuaires. Le site pourra notamment être utilisé pour accommoder des facilités de “dry dock”, des opérations du port franc et des industries légères.
Le ministre des Finances a souligné la consolidation des liens entre la Chine et Maurice. Durant les trois dernières années, ce pays a investi chez nous un montant de Rs 4,6 milliards. De gros projets sont aussi en préparation, notamment celui d’une “Smart City” à Roches-Noires et le développement du Domaine les Pailles, qui nécessiteront des investissements de Rs 50 milliards. Les relations commerciales se portent bien. A noter que près de 16% des importations mauriciennes viennent en effet de Chine. D’autre part, les arrivées touristiques en provenance de Chine ont augmenté de 60% durant les six dernières années.
Le ministre des Finances a finalement annoncé l’ouverture d’une branche de la Banque de Chine à Maurice. L’implantation de cette institution bancaire sur le sol mauricien permettra de donner un nouvel élan aux échanges commerciaux entre la Chine et Maurice et donnera aux opérateurs chinois la possibilité d’utiliser le pays comme une plateforme pour le mouvement des capitaux entre leur pays et l’Afrique.